5 millions de Français sont abonnés à une offre de SVOD

14 janvier 2016 à 12h03
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 17h35 -

Les services de SVOD séduisent une proportion toujours plus importante de Français et connaissent une popularité sans égal depuis l'arrivée de Netflix en 2014.

5 millions de Français ont souscrit un abonnement de SVOD, d'après une étude Médiamétrie, relayée par Les Echos. Netflix, Canalplay, Zive, Filmo TV sont les principales plateformes qui proposent le visionnage de vidéos (films, séries, documentaires…) en illimité par abonnement. L’acteur américain Netflix a commencé à proposer ses services en France en septembre 2014 et a contribué à populariser ce type d’offres : 62% des abonnés ont souscrit une offre SVOD à cette période et 65% des internautes connaissent aujourd’hui la SVOD.

Parmi ces 5 millions de personnes, un tiers a même souscrit deux offres. C’est plutôt encourageant, d’autant plus qu’en France, les internautes ont l’habitude d’avoir accès à des contenus gratuits : pléthore de chaînes gratuites, replay, plateformes de streaming mais aussi téléchargement illégal.

Contenus, prix, légalité : les motivations des utilisateurs de SVOD

Les principales motivations des utilisateurs de SVOD sont liées à une offre illimitée de contenus et à la légalité de telles offres. Les prix attractifs et la facilité d’accès au service séduisent les jeunes. En général, la plupart des offres de SVOD sont disponibles pour moins de 10 euros par mois. Netflix propose trois forfaits s’échelonnant de 7.99 à 11.99 euros, les offres de Canalplay sont comprises entre 7.99 et 9.99 euros par mois, pour Zive, il faut compter 9,99 euros mensuels et le même prix chez Filmo TV. Fidèles et satisfaits, 73% des abonnés souhaitent poursuivre leur abonnement.

Etonnant cependant : 45% des abonnés interrogés ont déclaré n’avoir utilisé leur service de SVOD que 5 fois au cours des six derniers mois. Le manque de temps est principalement évoqué. 20% en ont cependant regardé plus de 30, soit 5 par mois.

nombre de SVOD regardés au cours des six derniers mois



Une offre complémentaire

Pour une large majorité des utilisateurs, la souscription à une offre d’abonnement illimité à une plateforme de contenus est complémentaire à l’abonnement à une autre offre, payante ou gratuite. Les services de SVOD ne cannibalisent donc pas forcément les bouquets TV premium… pour le moment…

Le prix : un frein pour l’abonnement

Le prix, apprécié par les jeunes abonnés, reste néanmoins un frein pour ceux qui n’ont pas encore souscrit. 42% d’entre eux trouvent en effet les services de SVOD trop chers. Seuls 27% se contentent des offres proposées par les chaînes de télévision. Tandis que 26% ne consomment pas assez de vidéos pour estimer ces services intéressants.

principaux freins SVOD



Les jeunes et les enfants plébiscitent la SVOD

Netflix enfants

Le « SVoDiste type » est un homme (62%) plutôt jeune (69% de moins de 35 ans) et appartenant aux catégories socioprofessionnelles supérieures (34%). Les étudiants représentent aussi une catégorie non-négligeable (29%). Les enfants sont aussi friands de ces services et apprécient voir et revoir leurs programmes favoris dans des espaces spécialement dédiés : contrôle parental, univers dédiés, facilitation de l’accès caractérisent souvent les offres spéciales « kids ». 50% des abonnés vivent d’ailleurs avec un enfant de moins de 15 ans. La télévision est le support préféré pour visionner ces programmes (55%, contre 30% pour l’ordinateur), ce qui se reflète dans les usages puisque les contenus sont regardés en famille, les jours de semaine entre 20h et 23h. Le téléviseur reste bien au cœur du salon, même dans ces nouveaux usages.

profil utilisateur svod



Les contenus, élément de différenciation des plateformes

contenus

Dans l’étude publiée par le cabinet Deloitte Digital en septembre dernier, Christophe Ruffin directeur Cloud, TV & Entertainment Ecosystems chez Orange « Le vrai concurrent de la SVOD est le piratage. A nous, opérateurs et distributeurs de services SVOD, de proposer une offre toujours plus qualitative, plus accessible et au bon prix. Le piratage reculera naturellement, comme cela a été le cas précédemment pour la musique en ligne. »

Une offre qualitative passe par des contenus différenciant, premium, voire exclusifs. En France, avec la chronologie des médias, les films de cinéma ne sont disponibles sur ces plateformes que 3 ans après leur sortie en salles, alors que disponibles souvent très rapidement sur les plateformes illégales. Netflix l’a bien compris et propose donc des programmes exclusifs, de qualité, produits en interne et diffusés exclusivement sur leur plateforme. Les services de SVOD commencent à se différencier aussi par la qualité technique de leurs contenus : si la plupart propose des programmes en HD, des films en ultra HD commencent aussi à faire leur apparition.

Au niveau mondial, cette même étude prévoit que l’acquisition de contenus devrait atteindre 12.1 milliards d’euros en 2018 : une somme importante, mais qui est sans commune mesure avec les revenus générés par la TV. Avec l’acquisition grandissante de contenus, les offres de SVOD devraient séduire une plus large audience.

Des revenus grandissant pour la SVOD

En 2014, le chiffre d’affaires de la SVOD en Europe était estimé à 833 millions d’euros, ce qui ne représente qu’1.5% du marché global de la TV payante en Europe, mais qui devrait augmenter au cours des années qui viennent. L’étude Deloitte estime ce chiffre d’affaires à 1.75 milliards d’euros en 2018.

L’étude Médiamétrie corrobore ces prédictions de croissance et révèle que 7% des internautes envisagent de souscrire une offre SVOD.

Par ailleurs, avec l’arrivée de Zive, le service de SVOD de SFR, sorti à l’automne dernier, et directement inclus dans certains abonnements fixes ou mobiles, le nombre d’abonnés pourrait grimper. On attend aussi la sortie de Molotov dans les semaines qui viennent, qui pourrait peut-être bouleverser la façon dont on regarde la télévision…