8ème assises du Très Haut Débit : certitudes et inquiétudes

16 juillet 2014 à 16h48
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h40 -

A l'occasion des 8èmes Assises du Très Haut Débit qui se sont tenues à Paris le 9 juillet 2014, élus, journalistes, associations d'utilisateurs et professionnels on pu échanger sur l'avenir des réseaux télécoms français...Le thème de ces 8èmes Assises du Très Haut Débit était la conciliation entre la réduction de la dépense publique et la promesse du Très Haut Débit pour tous, un sujet plus que jamais d'actualité. Dans une période d'austérité, avec des sujets potentiellement bloquants comme le réaménagement des régions ou le manque de ligne conductrice dans la politique économique de la France, ce fût l'occasion de faire un vrai bilan de la situation avec l'ensemble des parties concernées. Comme l'a rappelé d'emblée Mr Antoine Darodes, directeur de la Mission Très Haut Débit, en charge du plan de déploiement du Très Haut Débit pour tous d'ici 2020, le déploiement actuel correspond au plan de route fixé et tous les ingrédients sont réunis pour réussir cette mutation numérique de la France. Selon une étude Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe), à fin 2013, la France se situe au septième rang mondial en nombre d'abonnés au très haut débit (THD), avec une belle croissance, mais loin derrière les États-Unis (62.5 millions d'abonnés), la Chine (42,4 millions) et le Japon (27 millions). Si l'on prend en compte la part des abonnés THD par rapport au nombre total d'abonnés haut débit, c'est la Corée du Sud (66%) qui occupe la tête devant le Japon (64%), les États-Unis (60%) et la Chine (22%). La France (5%) se place alors 5ème 'seulement' au niveau européen, derrière le Royaume-Uni (13%), l'Espagne (8%) et l'Allemagne (8%).

Plan France Très Haut Débit

Il est temps de passer la seconde
Avec toujours 7 milliards d'euros d'investissements de l'état annoncés via ce Plan France THD, et le double de cette somme prévu par un cofinancement entre acteurs privés et collectivités, ce sont 68 départements (+ deux en cours) qui ont déposé leurs dossiers. 20 d'entre eux sont déjà validés pour plus de 600 millions d'euros et 35 en instructions (pour encore 1,2 milliards d'euros) et le mouvement semble bien amorcé avec un objectif de 3 milliards d'euros accordés d'ici à fin juillet. Moins de discours, plus d'actions est le leitmotiv qui a agrémenté toute la matinée de ce colloque sur les réseaux numériques, avec parfois des interventions musclées comme celle de Mr Xavier Vignon, Directeur de Sogetrel, qui s'inquiétait ouvertement du trop grand nombre d'annonces sans aucune action sur le terrrain.
Mr Jean Christophe Nguyen Van Sang délégué général de la FIRIP et tous les intervenants s'accordaient à dire qu'il ne fallait absolument pas toucher à l'article L1425-1 du code général des collectivités territoriales, favorisant la mise en place d'infrastructures de réseaux de communications électroniques par les RIP et les collectivités. Il permet dans des zones moins denses de mettre en place et de financer des réseaux de fibre optique pour permettre au THD de se déployer massivement.

8ème Assises du Très Haut Débit à la Maison de la Chimie

Relancer les investissements
En introduction de ce colloque, Mr Bruno Lemaire, député de l'Eure, s'est lui inquiété du retard que prenait la France dans le domaine du déploiement du Très Haut Débit fixe pour tous, insistant plus particulièrement sur les risques de voir les investissements nécessaires se réduire, de par le manque d'attractivité de notre pays pour les capitaux privés. Avec des investissements sur le déploiement de la fibre qui vont demander de 20 à 25 années avant d'être rentabilisés, les investisseurs ont en effet besoin d'être rassurés par une certaine stabilité dans la politique déployée, en particulier sur le cadre législatif, et dans l'écosystème des télécoms. Deux sujets assez loin de faire consensus ces derniers temps. Le rachat de SFR par Numericable, le flou artistique autour de la situation de Bouygues, et l'opérateur Free qui ne semble pas vraiment jouer la carte de l'investissement dans les infrastructures THD (fixe et mobile), sont d'autres éléments qui ont été abordés par plusieurs intervenants.

La 4G LTE a elle connu une croissance excessivement rapide et toujours selon l'Idate, ce sont déjà près de 212 millions d'abonnés à travers le monde qui sont recensés à fin 2013, dont 190 millions dans seulement 10 pays. Les revenus liés à ces abonnements ont triplé en 2013, pour atteindre 68 Milliards d'Euros, soit 6% des revenus globaux de la téléphonie mobile. La France se place en 6ème position par le nombre d'abonnés mobile LTE et à la fin du premier trimestre 2014, l'ARCEP recensait 3,7 millions de Français bénéficiant de la 4G.

Les pays leaders en THD et en 4G-LTE

La réforme territoriale : frein ou opportunité ?
Le sujet de la réforme territoriale a été lui aussi débattu, avec une crainte sur de probables ralentissements des investissements des régions, du gouvernement et des investisseurs privés pour la modernisation des réseaux fixes et mobiles, en particulier pour le THD. Cependant, tout le monde s'accorde à dire qu'elle était nécessaire et qu'au final elle devrait permettre de fluidifier les décisions sur les investissements dans la fibre. La vraie question est de savoir si la décision va être prise rapidement et surtout si la transition va se faire en toute fluidité, avec le questionnement sur l'amalgame entre les projets existants, en cours de déploiement, et ceux en attente...Heureusement, comme le rappelle Mr Hervé Rasclard, président du Syndicat Mixte Ardèche-Drome Numérique (et vice président de l'Avicca), les initiatives sont possibles dès maintenant. Ayant adopté depuis plusieurs années une stratégie dynamique, il n'a pas attendu que les investisseurs s'intéressent à 'sa région' de seulement 700 000 habitants. Il a pris le taureau par les cornes afin d'avancer sur le THD, faisant de sa région un pionnier en matière de très haut débit par la fibre optique. Bref, le message est clair, il est temps d'agir concrètement et rapidement, sans attendre les décisions sur le réaménagement des régions, la France ayant les moyens de devenir un pays européen leader sur le THD de demain.

La 5G, le réseau ultra haut débit mobile pour de nouveaux usages