Un accord d'exclusivité entre Canal et BeIN Sports

18 février 2016 à 12h58
- Mis à jour le 30 janvier 2019 à 11h17 -

C'est une information révélée par Le Monde : Canal+ et BeIN Sports ont signé un accord de distribution exclusive. CanalSat et Canal+ pourront donc proposer les chaînes BeIN Sports en exclusivité à leurs clients.

Après de nombreuses spéculations et une concurrence féroce entre BeIN Sports et Canal, il semblerait que les deux groupes aient trouvé une solution d’entente.

Un contexte morose aussi bien pour Canal que pour BeIN

Cet accord s’inscrit dans un contexte de perte d’abonnés de Canal. Des experts évoquent les chiffres de 200 à 300.000 abonnés en moins sur un an. Selon Les Echos, les pertes seraient, elles, estimées à une centaine de millions d’euros. Canal devrait présenter aujourd’hui ses résultats annuels pour 2015.

Canal a eu mauvaise presse ces derniers temps, mauvaises audiences du Grand Journal, son émission phare en clair, disparition puis réapparition des Guignols… Mais surtout il a vu filer les droits de la Premier League anglaise, acquis par Altice (SFR) qui a fait sérieusement monter les coûts d’acquisition des droits et subit aussi la concurrence de Netflix, de ses séries exclusives et de son offre cinéma, qui reste tout de même l’autre argument commercial principal de Canal.

De l’autre côté, BeIN Sports est aussi en situation délicate. Le groupe qatari perd de l’argent en France : 250 millions d’euros annuels selon Natixis, tout cela dans un contexte d’austérité au Qatar, dû à la baisse du prix du pétrole.

BeIN Sports a certes convaincu 2.5 millions d’abonnés qui payent chacun 13 euros par mois pour leur abonnement et dispose actuellement de contenus premium (Champion’s league, Ligue 1 mais aussi les championnats de football italiens, allemands, espagnols, la NBA, l’Euroligue de basket, Wimbledon, , la Coupe d’Europe de hand…), mais ceux-ci coûtent chers et ne sont pas totalement compensés par le chiffre d’affaires généré.

Canal Plus CanalSat

Un accord à plusieurs centaines de millions d’euros

Finalement, BeIN Sports France gardera son existence propre et il n’est pas question d’un achat, du moins pour le moment, toujours selon Le Monde. Le quotidien estime que le prix de cette exclusivité s’élève à plusieurs centaines de millions d’euros, les droits sportifs acquis par BeIN Sports étant, eux, estimés, entre 300 et 400 millions d’euros par an.

Comment sera distribuée BeIN Sports ?

Il est difficile de croire qu’il faille être abonné à Canal Plus et CanalSat pour s’abonner à BeIN Sports. Un abonnement aux chaînes Canal Plus revient actuellement à 39.90 euros par mois, et un abonnement au bouquet CanalSat coûte entre 24.90 et 39.90 euros mensuels. Des tarifs élevés s’il faut en plus ajouter 13 euros pour s’abonner à BeIN Sports, d’autant plus que la cible de BeIN est relativement jeune, pas nécessairement aisée et pas cliente de Canal+ !

De nouveaux packages plus segmentés ? BeIN Sports proposé indépendamment du reste ? Toutes les hypothèses sont envisageables.

L’autorité de la concurrence, le prochain cheval de bataille

autorité concurrence

Depuis la fusion Canasat-TPS en 2006, des restrictions avaient été imposées notamment l’interdiction pour CanalSat d’avoir l’exclusivité d’une chaîne premium, au moins jusqu’en juillet 2017. Cette configuration se retrouve aujourd’hui au cœur des débats.

Vivendi souhaite faire valoir que le marché a changé, que ce soit celui de la télévision payante ou celui des droits sportifs. La convergence médias/télécom est une réalité, puisqu’Altice achète désormais des droits exclusifs destinés uniquement à ses abonnés. Le marché des droits sportifs a considérablement évolué également : hausse des prix, acquisition des droits pour plusieurs territoires, comme c’est le cas pour Eurosport qui dispose désormais des droits des jeux olympiques sur plusieurs pays.