Telecom Italia : Alice n'est pas à vendre

25 avril 2007 à 14h29
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h58 -

Face aux actuelles restructurations du marché de l'ADSL, le PDG d'Alice coupe court aux rumeurs de vente de la filiale française de Telecom Italia C'est Carlos Lambarri lui-même qui est monté au créneau pour défendre Alice. "Nous ne sommmes pas à vendre" rappelle le PDG de Telecom Italia France.

Cette mise au point intervient dans un contexte de restructuration du secteur du haut-débit en France et plus globalement en Europe. Actuellement en quatrième position, Alice compte environ 800 000 abonnés en France et peine à suivre Orange, Free et Neuf selon les analystes spécialisés dans les télécoms.

Après les récentes ventes d'AOL, Tele2 et prochainement de Club Internet, nombre d'observateurs estiment qu'Alice est devenue une éventuelle proie pour ses concurrents. Ces analyses se basent notamment sur la concurrence que se livrent désormais Orange, Neuf et Free à la fois dans le secteur de l'ADSL mais aussi sur le marché émergent de la fibre optique.

Carlos Lambarri rappelle que la stratégie d'Alice n'est pas de se tourner à court terme vers la fibre optique mais d'investir encore dans l'ADSL pour fournir une offre Triple Play dégroupée à davantage d'internautes.