220 Volts et 1 Mb avec le CPL !

3 avril 2006 à 15h14
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 19h06 -

Un important réseau CPL se met en place dans la région parisienne pour fournir l’internet haut-débit, via le réseau électrique, à plus de 1,5 millions d’habitants.L’Internet haut-débit est aujourd’hui largement tributaire du réseau téléphonique (et dans une moindre mesure de la fibre optique). L’ADSL, proposé par les fournisseurs d’accès, passe encore par le «bon vieux» fil de cuivre. Mais peut-être plus pour longtemps ! Le courant porteur en ligne (CPL) pointe le bout de son nez et commence à mobiliser sérieusement les acteurs de l’Internet. Fabriquants de matériel, opérateurs télécoms, collectivités locales et particuliers observeront d’un oeil particulièrement intéressé la mise en place dans la région parisienne du premier grand réseau CPL. Grâce à un investissement de 155 millions d’euros, plus de 1,5 millions d’habitants de 86 communes d’Ile de France bénéficieront, entre 2007 et 2011, d’un accès CPL. Concrètement, l’installation d’équipements spéciaux dans les transformateurs EDF puis dans les répartiteurs d’immeubles permettra aux habitants de profiter du haut-débit, et des services liés (téléphone VoIP, etc...), directement à partir de leurs prises électriques murales. La mise en place et la gestion de ce réseau CPL ont été confiées pour 15 ans à la société Mercelec, qui a remporté l’appel d’offre du Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication (Sipperec). Le CPL est-il une révolution ou une évolution ? Sur plusieurs aspects, il s’agit d’un réel changement pour le particulier. L’internaute pourra créer chez lui un véritable réseau local et sera libre de se connecter à partir de n’importe quelle prise électrique. Finie la prise téléphonique ou l’écueil de la rallonge ! Le débit annoncé de 1 Mbits/sec évoluera progressivement et le forfait Internet+téléphonie VoIP serait facturé 15 euros HT, soit moins de 20 euros TTC. D'ailleurs, il sera aussi possible de téléphoner en VoIP sans avoir d'ordinateur. Enfin, le CPL sera l’occasion d’exploiter de nouveaux services liés à l’habitation, comme la vidéo-surveillance, l’interphone, ou la domotique. Les collectivités locales ont également une carte à jouer avec le CPL. Les communes mal desservies par les réseaux haut-débit, notamment situées dans les «zones blanches», pourraient en effet se tourner vers le CPL, qui s’appuiera sur le réseau le plus dense de France, à savoir celui d’EDF. Cependant, des défis devront être relevés pour valider réellement le CPL et l’étendre à grande échelle. Plusieurs difficultés techniques gênent encore la montée en puissance des débits qui sont pour l’instant relativement faibles. De même, il faut souligner que le CPL reste très dépendant de la qualité du réseau électrique . Pour éviter les pertes de signal (aujourd’hui efficace jusqu’à 300m), des répéteurs devront être installés dans les communes dotées d’équipements EDF anciens. Les logements des particuliers devront également respecter les plus récentes normes pour garantir l’efficacité du CPL. Tout comme le Wifi et le Wimax, le CPL représente donc une alternative crédible à l’ADSL. dans un avenir proche, il pourrait séduire les utilisateurs et les opérateurs. Economique et relativement facile à mettre en place, il cumule les bons points mais doit encore faire ses preuves au niveau technique. Reste à savoir si l’essai de Paris sera transformé puis réitéré en France, et surtout si vous aurez la patience d’attendre cette technologie pour vous connecter à Internet ! >> Testez l'éligibilité de votre ligne