Le dégroupage avant l’ADSL !

8 juin 2006 à 19h20
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 19h05 -

Dans le département des Pyrénées Atlantiques (64), certains noeuds de raccordement sont dégroupés par Neuf Cegetel avant même que France Telecom n’y ouvre son service ADSL. Imaginez un peu profiter pleinement de l’ADSL, de la téléphonie VoIP et de la télévision par Internet sans que votre localité soit raccordée à l’ADSL par France Télécom. Un rêve ? Pas pour certains habitants des Pyrénées situés entre Pau et Saint Jean Pied-de-Port près de la frontière espagnole ! Il s’agit tout simplement d’une rare exception qui pourrait inspirer les collectivités locales qui ne veulent pas rester tributaires de France Télécom pour accéder enfin à l’ADSL. Généralement, pour accéder à l’ADSL en zone rurale, c’est toujours le même principe. Il faut attendre que l’opérateur historique vienne installer un DSLAM dans le central téléphonique, puis que l’ouverture commerciale du service ADSL ait lieu. Les abonnés qui le souhaitent peuvent alors profiter de l’ADSL avec Orange ou un autre fournisseur d’accès (offres non dégroupées seulement). Pour ces communes raccordées à l’ADSL sur le tard, le dégroupage est rarement au programme. Le cas des noeuds de raccordement (NRA) de Feas, Herrere, Licq Atherey, Menditte, Ordiarp et Tarsacq, dans les Pyrénées Atlantiques (64), va à l’encontre de ce schéma traditionnel puisque depuis février, mars ou avril 2006 selon les cas, les habitants de ces communes peuvent s’abonner à Neuf ou Cegetel en dégroupage total mais ne peuvent pourtant pas avoir accès à l’ADSL via Orange. Pourquoi ? Le conseil général des Pyrénées Atlantiques a signé une convention de délégation avec LD Collectivités, une filiale du groupe Neuf Cegetel. Cet accord prévoit la construction, l’exploitation et la commercialisation du réseau de télécommunications IRIS64 par les opérateurs Neuf et Cegetel, qui bénéficient d’une concession de 20 ans.