TV par ADSL : état des lieux

11 octobre 2006 à 12h46
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 19h00 -

Comment la télévision par ADSL est-elle perçue par les internautes ? Une étude du Journal du Net fournit quelques éléments de réponse.La TV par ADSL est de plus en plus présente dans les foyers en France. L'extension des réseaux degroupés et le succès des offres "Triple Play" contribuent largement à renforcer ce nouveau mode de distribution des chaînes TV. Notre confrère Journal du Net publie les résultats d'une enquête en ligne sur l'IPTV menée auprès de 510 internautes au mois de septembre.

La Tv par ADSL est adoptée massivement par les internautes. 89 % des sondés ont déclaré être éligible au service IPTV et la recevoir via leur abonnement haut-débit. La croissance du dégroupage et la généralisation progressive de l'ADSL2+ expliquent ce chiffre. Bien qu'il ne corresponde pas à la réalité nationale, ce résultat démontre tout de même la pénétration de l'IPTV chez les abonnés. D'ailleurs, ce succès s'explique aussi par le faible coût de la TV par ADSL et l'impact des offres Triple Play qui incluent le haut-débit, la téléphonie VoIP et la TV : 63 % des personnes interrogées estiment que leur facture Internet n'a pas augmenté.

Côté qualité, l'étude montre que les internautes jugent "correcte" la qualité de la TV par Internet. Si Club-Internet, Neuf et Free ont quasiment la même appréciation, on remarque de fortes différences chez Orange (qualité excellente) et Alice (qualité irrégulière voire mauvaise). 58 % des internautes interrogés estiment que les chaînes gratuites fournies avec le bouquet basique sont suffisantes contre 42 % qui ont opté pour un pack optionnel payant. Dans ce dernier cas, les sondés sont principalement attirés par un mode de consommation personnalisée, au coup par coup. En effet, 57 % déclarent choisir des chaînes à la carte plutôt qu'un bouquet généraliste (43%).

Côté services, la télévision Haute Définition (TVHD) intéresse les internautes mais elle souffre d'un double handicap. D'une part, une majorité de sondés ne sont pas équipés du matériel nécessaire à la réception HD ; et d'autre part, les programmes diffusés en haute définition ne sont pas assez nombreux ou intéressants et nécessitent une bande passante trop importante. La vidéo à la demande (VoD), quant à elle, décolle lentement comme le prouvent les 36 % de sondés qui déclarent acheter entre 1 et 5 programmes par mois. Néanmoins, 63 % ne souhaitent pas encore se lancer car ils estiment que le catalogue proposé est peu attractif, notamment pour les séries TV et les films récents.