La croissance du haut-débit selon l'OCDE

17 octobre 2006 à 16h19
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 19h00 -

Le haut-débit continue de s'étendre massivement dans les pays membres de l'OCDE. L'ADSL règne en maître mais la fibre optique fait déjà office de challenger.En une seule année, le nombre d'abonnés à un service Internet haut-débit a progressé de 33% en passant de 136 à 181 millions entre juin 2005 et 2006. La France se situe en milieu de classement avec plus de 11 milllions de connectés à l'ADSL, au câble et à la fibre optique.

Quelles sont les principales informations relevées par l' Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) ? En premier lieu, on remque de suite que les pays scandinaves et du Nord de l'Europe ont une nette longueur d'avance sur le reste des nations. Largement en tête du classement des pays les plus connectés, ces pays affichent un taux de pénétration du haut-débit de plus de 20%. Le Danemark s'impose même avec un taux avoisinant les 30% !

En termes d'évolution par rapport à 2005, le Danemark, l'Australie, la Norvège, les Pays-Bas, la Finlande, le Luxembourg, la Suède et le Royaume-Uni ont progressé le plus avec un taux de pénétration en augmentation de plus de 6%. De leur côté, les Etats-Unis comptent près de 60 millions d'internautes connectés en haut-débit, soit plus du tiers de tous les connectés en haut-débit de l'OCDE.

La situation française diffère de celle des USA ou du Canada par exemple. On note une très forte présence de l'ADSL au détriment du câble ou des technologies alternatives comme le Wimax et la fibre optique (FTTH). Classée en 16ème position sur 30 pays, la France a un taux de pénétration total de 17,7%, dont 16.7 rien que pour l'ADSL. A titre comparatif, c'est mieux que l'Allemagne, l'Italie ou l'Espagne mais moins bien que l'Angleterre ou la Belgique.

Une des surprises des résultats de ce classement est la baisse du nombre d'abonnés à l'ADSL en Corée et au Japon. L'explication est pourtant simple : la fibre optique est de plus en plus présente chez nos amis asiatiques qui migrent vers des offres FTTx à très haut débit.