La fusion TPS CanalSat : bien ou mal ?

4 décembre 2006 à 16h45
- Mis à jour le 30 janvier 2019 à 10h33 -

La fusion TPS CanalSat est attendue avec impatience par de nombreux internautes et par plusieurs acteurs du marché. Mais elle fait aussi grincer les dents de certains...Outre les grandes chaînes nationales diffusées via le réseau hertzien ou la TNT, il faut être abonné à l'un des deux bouquets payants de TV via ADSL ou satellite pour profiter d'un vaste choix de programmes. Plus pour longtemps avec la fusion annoncée entre TPS et CanalSat, programmée dans les semaines à venir. Mais cela ne plaît visiblement pas à tout le monde.

Le fournisseur d'accès ADSL Alice, filiale de Telecom Italia, a déposé un recours devant le Conseil d'Etat pour tenter d'annuler le rapprochement TPS-CanalSat. L'opérateur Alice affirme que cette fusion risque de nuire à la concurrence et placerait la nouvelle entité dans une position de monopole.

Le Conseil de la Concurrence abonde dans le sens d'Alice et prévient d'ailleurs que cette fusion pourrait être une "menace pour l'innovation et l'émergence de nouveaux services ou de nouvelles offres dans le secteur des télécoms". Le Conseil de la Concurrence estime comme l'Autorité des Télécoms (ARCEP) que "l'apparition rapide d'un challenger, issu des télécoms et sans expérience dans les métiers de contenus, est très réduite à court terme" et que les opérateurs " n'ont pas la capacité pour entrer sur fonds propres sur le marché de l'acquisition de droits et de l'édition de chaînes ".

La fusion TPS CanalSat cristalise de nombreux enjeux stratégiques et biensûr financiers. TPS (TF1 et M6 notamment) et CanalSat vont réaliser des économies d'échelle et peser plus lourds dans la balance des négociations commerciales en vue de l'obtention d'exclusivités ou de droits de diffusion. Néanmoins, les producteurs, les ayant-droits et les opérateurs pourraient être affaibli dans cette opération. Quant aux téléspectacteurs, il y a un risque d'appauvrissement de l'offre. Certaines chaînes autrefois concurrentes proposent des contenus quasi similaires. Ces "doublons" pourraient faire les frais de la fusion...