ADSL : bilan des années 1999 à 2006

29 décembre 2006 à 17h58
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h59 -

La fin de l'année 2006 est l'occasion idéale pour faire un bilan. Quelles ont été les évolutions de l'ADSL depuis 1999 ? Des éléments de réponse dans notre dossier sur les "années ADSL".12 millions de français profitent aujourd'hui de l'ADSL et des millions bénéficient du dégroupage, de la téléphonie illimitée et de la TV par ADSL. Mais ça n'a pas été toujours le cas ! L'occasion de revenir sur l'évolution générale du secteur de l'ADSL depuis le lancement de la première offre en 1999.

1999-2006 est une période courte mais très dense, notamment pour les nouvelles technologies et les télécommunications. La révolution Internet et l'explosion des réseaux haut-débit ont profondément métamorphosé le quotidien des français. L'ADSL est la technologie phare de cette croissance exeptionnelle, avec moins de 70 000 abonnés fin 1999 contre 12 millions en cette fin d'année 2006 !

Plus que le nombre d'abonnés, ce sont les débits, les services et les innovations des fournisseurs d'accès qui occupent désormais le devant de la scène. L'ADSL n'est plus seulement une technologie de transport de données, c'est un vecteur de croissance pour les FAI qui se tranforment aussi en fournisseurs de contenus. Vidéos, Tv et téléphonie passent eux aussi désormais par la prise téléphonique.

Freebox, Livebox, Neufbox....la bataille des fournisseurs fait rage et ressemble d'ailleurs de plus en plus à un combat de Box(e) ! Tout le monde ne peut pas survivre à la concurrence féroce que se livrent les opérateurs. AOL, Tele2, et une myriade d'opérateurs disparaissent petit à petit au profit d'une poignée de FAI qui dégroupent à tout va une France attirée par les promesses du Triple Play et de la convergence numérique.

Une France qui reste toujours divisée par ailleurs : la fracture numérique entre les zones urbaines (ADSL) et rurales (56k) se résorbe progressivement mais déjà plane l'ombre d'une nouvelle fracture. Les inégalités de débits persistent et engendrent en effet un haut-débit à 2 vitesses : ceux qui peuvent profiter des services multimédias et ceux qui ont une bande passante suffisante que pour l'accès Internet.