Ile de la Réunion : et l'ADSL ?

19 février 2007 à 15h57
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h59 -

La situation du haut-débit s'améliore sur l'île de la Réunion. Malheureusement beaucoup plus lentement qu'en Métropole...La visite de Nicolas Sarkozy sur l'île de la Réunion est l'occasion de relancer le débat sur le haut-débit dans le Département d'Outre-Mer. Le ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire a assisté à la signature d'un accord Etat-Région pour “aider le consommateur à travers une subvention de tous les acquéreurs de capacité permettant la fourniture de services à haut-débit”.

D'un montant de 3 millions d'euros, cette subvention doit inciter les opérateurs à baisser le prix des abonnements pour développer les usages et le nombre d'abonnés. Il s'agit d' anticiper la baisse des tarifs de gros des communications transitant par le câble sous-marin Safe.

Quelle est aujourd'hui la situation du haut-débit dans l'île de la Réunion ? Bien que des efforts de couverture ont été réalisés, ce sont surtout les différences de tarifs qui interpellent. A titre d'exemple, alors que l'offre Orange "8 Megamax" est annoncée à 29,90€ en Métropole, elle est facturée 64,90€ avec un quota mensuel de trafic de 2 Go à la Réunion. Bref, à usages illimités et similaires, un abonné Orange Réunion paie 2 à 3 fois plus cher que son alter-ego metropolitain.

Biensûr, des mesures ont été prises pour développer le haut-débit. Le Conseil Régional a mis en place le réseau Gazelle. Doté de 220 kilomètres de fibre optique, ce réseau utilise les lignes haute-tension d'EDF pour couvrir l'île de la Réunion. L'objectif est de s'assurer que les opérateurs alternatifs puissent desservir librement l'usager, sans être dépendants du réseau de collecte et de desserte locale de France Télécom. C'est par exemple le cas d'Outremer Telecom qui commercialise des offres ADSL sous la marque Only.

La Réunion utilise aussi la technologie Wimax pour couvrir les zones blanches difficiles d'accès. L'opérateur XTS Telecom propose ainsi des forfaits pour que les réunionais les plus isolés puissent se connecter sans fil. Néanmoins, reste le problème de la qualité de connexion et de la quantité de bande passante.