L'avis défavorable de l'Autorité de la Concurrence à l'accord d'exclusivité beIN Sports / Canal+

9 juin 2016 à 16h15
- Mis à jour le 30 janvier 2019 à 10h29 -

L'accord de distribution exclusive des chaînes beIN Sports par Canal+ n'a pas obtenu l'aval de l'Autorité de la Concurrence.

C’est la conclusion amère d’un feuilleton qui avait commencé à l’automne dernier, quand les premières tractations avaient débuté entre beIN Sports et Canal+ pour un rapprochement entre les deux groupes audiovisuels. Suite à ces négociations, un accord avait été convenu pour la distribution exclusive de beIN Sports par Canal, alors que jusqu’alors les chaînes qataries étaient distribuées par de nombreux opérateurs, les FAI en particulier. Un accord sur cinq ans qui aurait coûté la bagatelle d’1.5 milliards d’euros, soit 300 millions d’euros par an.

Cet accord dépendait encore d’un avis positif de la part de l’autorité de la concurrence, plusieurs fois repoussé depuis mai. Finalement, l’autorité a mis son véto à cet accord, alors même que Canal plaidait pour son acceptation justifiant qu'il était un élément stratégique pour l’avenir du groupe.

Un contexte de perte d’abonnés pour Canal

Ce « non-accord » s’inscrit dans un contexte difficile pour les deux groupes. Canal+ perd des abonnés depuis déjà plusieurs mois (200.000 rien qu’au premier trimestre 2016) et a perdu quelques droits de retransmission de compétitions sportives, au profit de beIN Sports, mais aussi d’Altice (et donc SFR). Le groupe de télévision à péage subit aussi la concurrence sur le cinéma avec l’arrivée de Netflix principalement, même si cette concurrence reste à relativiser : des études montrent en effet que les plateformes de SVOD ne cannibalisent pas nécessairement les bouquets de chaînes payants. Par ailleurs, globalement, le groupe reste bénéficiaire, en particulier grâce à ses activités à l’international, principalement en Afrique.

Et de difficultés pour beIN Sports

bein sports connect

De l’autre côté, malgré un nombre important d’abonnés, mais des prix relativement peu élevés et surtout l’inflation des droits sportifs, beIN Sports ne parvient pas à être rentable en France. Canal+ semblait vraiment compter sur cet accord pour lequel il plaidait jusqu’à la survie même du groupe. Par ailleurs, cette décision arrive au moment même où SFR annonce la sortie de 5 nouvelles chaînes de sport, ainsi que de BFM Sport, chaîne d’information sportive.

Des concessions qui n’ont pas suffi

Même si Canal a fait des concessions, en particulier sur le fait de continuer à proposer beIN Sports au même prix et à part de ses bouquets, cela n’a pas suffit à faire pencher à sa faveur l’Autorité en sa faveur. L’Autorité de la Concurrence n’a pour le moment pas fait de commentaires sur les raisons de ce refus.