Netflix France souffle sa première bougie : quel bilan ?

17 septembre 2015 à 15h12
- Mis à jour le 30 janvier 2019 à 12h02 -

Un après son arrivée en France, la 'révolution' Netflix a-t-elle chamboulé le marché français de la télévision et de la vidéo à la demande ?

Après avoir conquis les Etats-Unis, le Royaume-Uni et bien d'autres pays, le géant américain de la vidéo à la demande débarquait en France le 15 septembre 2014 avec la promesse d'accéder en illimité à un catalogue de milliers de films, de dessins animés et d'épisodes de séries TV. De quoi faire trembler les éditeurs de services de VOD, les chaînes TV et les fournisseurs d'accès à Internet ! Pourtant, un an après, peut-on vraiment parler de révolution ?

D'un point de vue strictement concurrentiel, l'arrivée de Netflix n'a pas chamboulé le marché. Le raz de marée d'abonnés ne semble pas avoir eu lieu. Bien qu'aucun chiffre officiel ne soit confirmé, les estimations publiées par les cabinets d'étude seraient de 750 000 abonnés cet été à 900 000 abonnés d'ici Noël. En une seule année, Netflix aurait - le conditionnel est de mise - donc conquis l'équivalent de la base d'abonnés de Canalplay, son principal concurrent dans l'Hexagone.

Netflix contribue à l'essor de la TV à la demande

La première victime de Netflix serait finalement Jook Vidéos (AB Group) qui a jeté l'éponge juste avant l'été. Mais finalement, il semblerait que la publicité qui a entouré le lancement de Netflix aurait globalement profité à l'ensemble du marché, en éveillant la curiosité des consommateurs et en les incitant à tester la vidéo à la demande par abonnement (SVOD).

L'arrivée de Netflix a par ailleurs contribué à renforcer de nouveaux modes de consommation de la TV. Si la TV à la demande, via les chaînes Replay, avaient déjà trouvé leur public, le lancement de Netflix en France a sans aucun doute encore davantage popularisé la délinéarisation des contenus TV. Selon l'observatoire du CNC, la consommation de TV à la demande a bondi de 41% entre mai 2014 et mai 2015 par exemple. D'une certaine manière, Netflix est devenu le symbole d'une offre d'abondance, offrant une totale liberté aux consommateurs aussi bien sur le contrat (pas d'engagement) que sur la manière de regarder son programme ("quand je veux, où je veux, et sur l'écran de mon choix")

Netflix sur un téléviseur



L'offre de Netflix France très en deça de celle de Netflix USA

Un an après son lancement en France, Netflix propose désormais 11 000 titres, soit 3 fois plus qu'il y a un an. La progression est spectaculaire mais Netflix France reste très en deça de sa version outre-atlantique dont le catalogue est 4 fois plus important ! La réglementation françaises (chronologie des médias) semble donc limiter la disponibilité des titres. Par conséquent, Netflix est surtout prisé pour son offre de séries TV que pour les films en français...

Pour séduire les internautes, Netflix mise beaucoup sur ses séries maison estampillées Netflix Original. Daredevil, Orange is the new black, Sense8, Fargo, Marco Polo ou encore récemment Narcos ne sont disponibles que sur Netflix avec la particularité de ne pas être diffusées épisode par épisode mais saison par saison ! Dans quelques mois, les internautes français pourront découvrir Marseille, la 1ere production Netflix tournée en France avec Gérard Depardieu notamment.

Netflix ne fait pas l'unanimité chez les fournisseurs d'accès

Alors que dans le reste du monde, Netflix compte surtout sur la diffusion en OTT (streaming), les français utilisent plutôt le décodeur TV de leur opérateur pour accéder aux services de VOD. Du coup, Netflix s'est rapproché des principaux fournisseurs d'accès pour négocier un accord et accéder à leur service de TV sur IP.

Dans un premier temps peu enclin à ouvrir leur Box à Netflix, certains FAI - Bouygues et Orange - ont néanmoins choisi d'utiliser Netflix pour valoriser leurs offres Internet. En revanche, SFR/Numericable et Free résistent pour le moment. Leurs abonnés doivent alors se contenter de Netflix sur ordinateur, tablette ou sur le téléviseur via une clé Chromecast.