Un nouveau câble sous-marin pour Orange et Alcatel

28 juillet 2014 à 12h10
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h40 -

Orange a confirmé sa participation à la création du nouveau câble sous-marin SEA-ME-WE-5 qui reliera la France à Singapour d'ici 2016.Face à la croissance exponentielle des besoins de bande passante, Orange annonce avoir signé l'accord de construction et de maintenance du nouveau câble sous-marin Sea-Me-We 5 qui reliera la France à Singapour d'ici 2 ans.

D'une longueur totale de 20 000 kilomètres, ce câble desservira au total 15 pays :

- France, Italie, Egypte, Djibouti
- Arabie Saoudite, Yemen, Oman, Emirats Arabes Unis
- Pakistan, Inde, Sri Lanka, Bangladesh
- Birmanie, Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Singapour

Navire d'Alcatel sur le chantier du câble SEA-ME-WE-5

Pourquoi Orange investit-il dans la construction d'un nouveau câble ? Pour un opérateur de dimension mondiale tel qu'Orange, l'intérêt de ce câble est multiple. D'une part, il permet à Orange de considérablement augmenter sa capacité de transmission IP entre l'Asie du Sud-est, le Moyen-Orient et l'Europe.

Avec une capacité totale de 24 Tbit/s, Sea-Me-We 3 sera l'une des plus grosses artères du réseau mondial de communication. A titre de comparaison, Orange est ainsi co-propriétaire de 3 autres câbles reliant également l'Europe à l'Asie (Sea-Me-We 3, Sea-Me-We 4 et IMeWe mis en service en 1999, 2005 et 2010). Néanmoins, leur capacité de transport cumulée n'est que de 6 Terabit/s par seconde... soit 4 fois que le futur câble Sea-Me-We 5.

D'autre part, ce nouveau câble constitue une "route alternative qui garantira la protection des flux voix et données des autres câbles" souligne Orange. Bien que les câbles sous-marins soient immergés et même parfois enterrés, ils ne sont pas à l'abri d'une coupure accidentelle voire même d'un sabotage. La redondance des câbles permet ainsi de limiter les risques de "black-out" et de pérenniser la connectivité internationale en reroutant les données si besoin.

Enfin, Orange compte utiliser le câble Sea-Me-We 5 pour accompagner la croissance du haut-débit dans les îles de la La Réunion et de Mayotte. Comment l'opérateur compte-t-il s'y prendre vu que ces départements français d'outre-mer sont situés à plusieurs milliers de kilomètres au sud du tracé du nouveau câble ?

Orange mise sur l'interconnexion de différents câbles. Sea-Me-We 5 sera en effet relié à un point d'atterrissage situé à Djibouti où est également présent le câble EASSY qui longe la côte orientale de l'Afrique. Et le câble EASSY transite par ailleurs au Kenya...où l'on retrouve également les câbles LION/LION 2 qui alimentent la Réunion ! Par ricochet, le câble Sea-Me-We 5 pourrait donc améliorer la connectivité de la Réunion...notamment en cas de problème sur le câble SAFE par exemple.