CanalSat : un bouquet exclusif pour les offres fibre d'Orange

19 septembre 2016 à 16h29
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h31 -

Pour relancer ses abonnements, le groupe de Vincent Bolloré rompt avec sa stratégie en laissant un fournisseur d'accès commercialiser ses chaînes. Orange, d'abord, qui devrait être imité par Free.

Toujours à la recherche de solutions pour assainir les finances de Canal + France, Vivendi explore de nouvelles pistes. Lors de l’annonce de ses résultats semestriels en août dernier, le groupe avait déjà présenté un plan d’économies de 300 millions d’euros. Confronté à une hémorragie d’abonnés, il avait également laissé entendre qu’il allait redéfinir son offre commerciale. Depuis ce week-end, on en sait un peu plus sur la stratégie adoptée.

Un mini-bouquet CanalSat pour les fournisseurs d’accès

Stéphane Richard, PDG d'Orange

Stéphane Richard, le patron d’Orange (ci-contre), a levé un coin du voile dans les colonnes du Figaro le 17 septembre. Un accord entre le groupe de télécoms et Canal, qui doit être rendu public le 7 octobre prochain, va permettre au premier de diffuser les contenus du second via un mini-bouquet CanalSat « composé d’une trentaine de chaînes exclusives pour un prix inférieur à 10 euros par mois ». Celui-ci sera proposé dans l’offre fibre d’Orange, indique en outre M. Richard au Figaro. Dans les mêmes colonnes, on apprend qu’un accord similaire avec Free est également en préparation.

Une formule orientée familles

Le 26 juillet dernier, Orange et Canal + Groupe avaient déjà évoqué ce partenariat dans un communiqué, qui annonçait une offre fibre « à un prix exceptionnel », proposant « des contenus exclusifs et originaux de Canalsat Panorama ». Autre indication : les chaînes de ce bouquet seraient « particulièrement adaptées à toute la famille » avec au menu programmes jeunesse, séries, documentaires, humour et people sur des chaînes aujourd’hui « exclusivement disponibles sur CanalSat ». Le tout, fibre oblige, en qualité HD, avec, qui plus est, la possibilité de bénéficier de l’option Multi TV d'Orange dans les meilleures conditions.

Les offres Canal+ et CanalSat



Canal plus souple sur les prix et l'engagement

Première révolution pour le groupe de médias : le choix du petit prix, quand l’abonnement Canal + s’affiche depuis des lustres à 40 euros par mois et CanalSat aux alentours de 25 euros. Un remaniement qui devrait du reste concerner l’ensemble de l’offre. Celle-ci déploierait bientôt une palette élargie d’assortiments de chaînes, allant du bouquet à tarif mini au très haut de gamme. Ce repositionnement marketing inclurait également l'apparition d'offres sans engagement pour les clients recevant la chaîne par Internet, selon les informations qui filtrent depuis le début de l'été.

Gagnant-gagnant sur la fibre ?

Zen Fibre par Orange

Autre rupture : avec cet accord, ce serait désormais Orange qui facturerait directement le service à ses abonnés, alors que l’entreprise n’avait jamais consenti à perdre la main sur la commercialisation de ses programmes. Le pari est donc de taille pour le groupe Canal + : il s’agira de convaincre suffisamment de clients de s’offrir son bouquet pour compenser le manque à gagner induit par cette formule à petit prix, dont une partie sera en sus captée par les fournisseurs d’accès. Et ce sur un parc d’abonnés restreint, du moins chez Orange, puisque le mini-bouquet sera réservé à l’offre fibre. Ce qui représente seulement 1,1 million de clients sur un total d’environ 11 millions chez l'opérateur historique.

Restreint, oui, mais avec quand même plus de 5 millions de foyers éligibles à la fibre, convoités par le groupe de télécoms. Ce dernier compte ainsi sur cette offre CanalSat différenciante pour convaincre ses abonnés ADSL, mais aussi ceux des autres fournisseurs d’accès, de migrer vers sa fibre. Soit du gagnant-gagnant, si ce plan se déroule sans accroc.

Pas de SFR Sport chez Orange


pas sur Orange : SFR SportDifférenciant, SFR Sport ne l’est pas, selon Stéphane Richard. « La Premier League, on peut vivre sans », tranche en tout cas le dirigeant. Il ferme ainsi la porte aux ambitions d’Altice, qui voudrait voir son bouquet et son exclu sur le championnat de foot anglais (SFR Sport 1) débarquer sur les bouquets de ses concurrents. On savait déjà ces derniers peu enclins à faire de la pub gratuite à SFR en diffusant des programmes affichant son nom et son logo. Pour ne rien arranger, le groupe de Patrick Drahi serait aussi trop gourmand financièrement, apprend-on du patron d’Orange.