La Cloud TV va-t-elle enterrer les décodeurs ?

1 août 2014 à 10h43
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h40 -

En Espagne, Telefonica a adopté la solution d'enregistrement TV dans le "cloud" d'Alcatel-Lucent. Est-ce le début de la fin pour les décodeurs "premium" que les opérateurs livrent actuellement avec des disques durs de 240Go voire même 1 Téra-octets ?En Espagne, certains clients Internet de l'opérateur historique espagnol Telefónica peuvent désormais enregistrer leurs programmes TV sans décodeur-enregistreur ! Le service Movistar TV s'appuie en effet désormais sur la solution d'enregistrement vidéo numérique cloud (Cloud DVR) fournie par Alcatel-Lucent.

Grâce à ce nouveau service, les programmes TV enregistrés par les abonnés Movistar ne sont plus stockés sur le disque dur du décodeur mais sur des serveurs de l'opérateur qui les diffuse à la "demande".

Après le cablo-opérateur espagnol Telecable et l'opérateur suisse Swisscom, c'est au tour de Telefónica d'adopter la solution Cloud DVR d'Alcatel. Pour l'opérateur, la solution est séduisante puisqu'elle réduit les coûts direct et indirects liés au décodeur-enregistreur. Avec le Cloud, la set-top-box de Telefónica est en effet moins chère (pas de disque dur intégré) et les recours au support TV (centres d'appels) et à la maintenance seraient moins fréquents.

Pour l'internaute, la Cloud TV est également avantageuse puisqu'elle permet, indépendamment de la bande passante disponible, de programmer autant d’enregistrements parallèles que souhaité dans la limite d'une capacité de stockage de 350 heures (175 films en qualité SD). Il est ainsi possible d'enregistrer en même temps un match de foot, un film et une série TV par exemple sans monopoliser le moindre Megabit de bande passante.

Cela représente une véritable évolution en terme de flexibilité puisque le nombre d’enregistrements simultanés est déterminé sur un décodeur traditionnel par le nombre de tuners et le débit de la connexion. Mise à part la Box de Numericable, les décodeurs IPTV standards ne permettent souvent que de regarder un programme tout en en enregistrant un autre.

Enfin, l'enregistrement en ligne est un service à valeur ajoutée qui renforce le "multi-écrans". Chaque abonné peut ainsi regarder le programme qu'il a enregistré sur n'importe quel terminal connecté à Internet (smartphone, tablette...).

En outre, la solution d'Alcatel-Lucent enrichit l'expérience-utilisateur des internautes grâce à des fonctions avancées telles que le très pratique "start over" qui permet de reprendre la diffusion du programme en cours depuis son début.


Si la délocalisation des enregistrements dans un datacenter est un "plus" pour la sécurité (pas de perte de données en cas de crash du disque de la Box) et pour la facture d'électricité des internautes (les Box "premium" sont de plus en plus énergivores), l'enregistrement à distance sollicite en revanche systématiquement la connexion pour visionner les contenus en streaming. Mais, finalement, cet "inconvénient" en est-il vraiment un puisque les internautes le font déjà dès qu'ils louent une vidéo à la demande ou regardent une vidéo en replay ?

Le service de Cloud TV de Telefónica semble en tout cas séduire les espagnols. Roque Lozano, directeur d’Alcatel-Lucent Espagne et responsable du compte Telefónica au niveau mondial estime que ces "nouveaux services ont remporté un tel succès que nous étudions déjà comment accroître la capacité et l’efficacité de la plateforme pour gérer la forte croissance du nombre d’abonnés attendue l’année prochaine".

La Cloud TV pourrait-elle débarquer à son tour en France ? C'est probable. Tous les fournisseurs d'accès s'intéressent de très près aux évolutions liées au service IPTV qu'ils distribuent sur leurs réseaux. Une fonction telle que l'enregistrement personnalisé en ligne pourrait être un véritable avantage concurrentiel permettant de fidéliser les abonnés. Il serait en tout cas dans la suite logique de la tendance actuelle du "on demand" qui s'immisce aussi bien dans la télévision (Netflix, Replay....), la musique (Deezer, Spotfy...) que dans les jeux vidéos (cloud gaming).