Rachat de SFR : quelles répercussions à La Réunion ?

11 avril 2014 à 18h02
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h40 -

Ericka Bareigts, députée de La Réunion, a interrogé Arnaud Montebourg sur le rachat de SFR par Numericable, et ses conséquences pour le département d'Outre-Mer.Sur l'île de La Réunion, le marché du haut débit se concentre autour de trois opérateurs principaux : Orange, Altice (IZI et Only), et Vivendi (Mediaserv et SRR). Mais le rachat de la filiale télécom de ce dernier, par le groupe Altice risque d'accentuer le déficit de concurrence. L'offre sera alors réduite à deux opérateurs : "Il n'y aurait ainsi plus que SRR et Only d'une part, qui détiennent 67% du marché, et Orange d'autre part avec 33%."

Dans son communiqué à destination du nouveau ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, la députée PS Ericka Bareigts, insiste sur les conséquences du retour à deux opérateurs qui, selon elle, "est contraire à la loi de régulation économique Outre-mer dont j'étais rapporteure et adoptée au début de cette mandature". Elle attend maintenant de savoir "si l'Autorité de la concurrence émettra un "avis spécifique" pour La Réunion".

Ericka Bareigts s'inquiète des conséquences du rachat de SFR à La Réunion
Par ailleurs, elle pointe du doigt son inquiétude face aux possibles licenciements. Bien que Numericable se soit engagé à ne pas supprimer d'emplois, Ericka Bareigts émet des doutes pour l'Outre-Mer. "Contrairement à l'hexagone où Numericable et SFR ne sont pas en concurrence mais en synergie, à La Réunion leur fusion se traduirait vraisemblablement par des doublons dans les services et par conséquent par des licenciements." Sur ce sujet, Arnaud Montebourg affirme qu'il entend "redoubler de vigilance".