Orange s'engage sur le déploiement de la fibre en Bretagne

26 mars 2012 à 17h51
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h43 -

Le Conseil Régional et Orange accordent leurs violons (et leurs investissements) pour fibrer tous les bretons d'ici 2030.Quelques semaines après l'Auvergne, c'est au tour de la Bretagne de signer une lettre d'intention (débouchant sur une convention d'ici 3 mois) sur le très haut débit avec Orange et l'Etat.

Le but de ce partenariat est d'encadrer le déploiement de la fibre optique et de permettre à toutes les familles, entreprises et administrations bretonnes, de profiter du FTTH aussi bien en ville qu'à la campagne. Le projet porte dans son ensemble sur la couverture d'un million et demi de lignes FTTH d'ici 2030.

Lors de la cérémonie qui s'est tenue à Rennes vendredi dernier, le préfet de Bretagne (Michel Cadot), le président du Conseil Régional de Bretagne (Jean-Yves Le Drian) et le PDG d’Orange (Stéphane Richard) ont rappelé l'importance du très haut-débit pour les foyers et les entreprises bretonnes.

Comparant la fibre au TGV, Jean-Yves Le Drian s'est notamment focalisé sur les enjeux de compétitivité, de désenclavement, et de solidarité. De son côté, Stéphane Richard n'a pas manqué de souligner l'histoire singulière qui lie la Bretagne à France Télécom en terme d'innovations notamment (Orange Labs de Rennes et de Lannion par exemple).

La convention est un outil stratégique facilitant le dialogue entre les collectivités locales d'une part et un opérateur de référence d'autre part.

La convention permettra ainsi de coordonner efficacement le déploiement de la fibre en précisant les engagements d'Orange pour les zones d’investissement privé d'une part, et les zones d'investissement public où la Région sera amenée à prendre le relais d'autre part.

Comme le prévoit le plan "Bretagne Très haut Débit", la part d'investissement privé correspondra à 42% de la population, regroupée dans 7 communautés d'agglomération (Brest, Lorient, Quimper, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Vannes), et une dizaine de villes (Concarneau, Douarnenez, Fougères, Lannion, Morlaix, Saint-Martin des Champs, Vitré, Camoël, Férel et Penestin).

La Bretagne et Orange co-déploieront la fibre optique
Les 58% restants, c'est à dire les foyers en zone non dense, seront couverts grâce à l'intervention publique. Cela représente un investissement colossal estimé à 1.8 milliard d'euros répartis sur les 20 prochaines années.

A titre indicatif, la feuille de route du projet Bretagne Très Haut Débit prévoit un coût moyen à la prise de l'ordre de 2000€ et un déploiement annuel de 50 000 lignes pendant 18 ans. Le coût de raccordement serait de 200€ par logement collectif et de 400€ par logement individuel.

Concomitamment au volet "Financement", le Schéma de Cohérence Régional d'Aménagement Numérique (SCORAN) est structuré autour de 4 axes :

- l'axe "Equilibre" pour déployer la fibre dans des villes moyennes en parallèle de la couverture des principales agglomérations
- l'axe "Cohésion" pour fibrer des collectivités mal desservies en haut-débit (ADSL, Wimax)
- l'axe "Economie - connaissance - services" pour soutenir l'attractivité, la formation et la recherche (universités....)
- l'axe "Montée en débit" pour anticiper le FTTH (opticalisation des réseaux actuels) et améliorer les connexions existantes dans les zones peu denses.

La première phase du projet "Bretagne Très Haut Débit" concernera une douzaine de villes et 85 000 foyers en zones rurales. Elle coûtera près de 400 millions d'euros financés par les collectivités locales, la Région, l'Etat, l'Europe et les conseils généraux. Une enveloppe de 70 millions d'euros a, par ailleurs, été attribuée aux bretons au titre des investissements d’avenir du Grand Emprunt.