Fibre optique : un chantier de longue haleine

31 juillet 2007 à 13h11
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h57 -

La fibre optique ne se généralisera pas en un clin d'oeil. Des milliards d'euros et des années de travaux sont à prévoir. Dans le meilleur des cas.La fibre optique est un sujet qui anime toujours les débats. Au milieu des passions qui se déchaînent, l'ARCEP (autorité de régulation des télécoms) veut garder la tête froide. Son objectif ? Eviter les situations de monopole, et les imbroglios qui ne manqueront pas de se produire.

L'ADSL arrive tout juste à maturité que la fibre optique fait déjà l'objet de toutes les attentions des fournisseurs d'accès. Après les annonces de Free en septembre 2006, Orange et Neuf Cegetel ont ouvert le bal en commercialisant leurs offres FTTH au printemps 2007.

On ne parle néanmoins pas encore de "couverture FTTH". Orange, Neuf et Free ont fait part des investissements importants qu'ils attribuent à la fibre optique. Mais cela reste une goutte d'eau dans l'océan. L'ARCEP évalue les besoins en milliards d'euros et compare la fibre à "un chantier digne du TGV".

Et la comparaison n'est pas extravagante. Bien que des réseaux de fibre couvrent déjà la France, il faut désormais que les FAI tirent leur fibre jusque chez les abonnés, ou au minimum jusqu'à leur domicile. Pas moins de 300 000 kilomètres de boucle locale (réseau reliant les abonnés à leur noeud de raccordement) sont concernés par les futurs travaux d'installation de la fibre optique.

Pour le moment, seuls quelques quartiers de quelques grandes métropoles sont éligibles à la fibre optique. La fracture numérique n'étant toujours pas résorbée au niveau de l'ADSL, la situation ne risque pas de s'améliorer avec les offres FTTH. Même à long terme.