Coronavirus : comment avoir assez de débit pour le télétravail, l'école à la maison et le streaming ?

Une femme en colère parce qu'elle n'a pas assez de débit pour le télétravail
19 mars 2020 à 16h25
- Mis à jour le 28 mars 2020 à 22h33 -

La période exceptionnelle de confinement nous rend dépendants comme jamais de notre connexion Internet. Comment concilier tous les usages avec un débit parfois limité ?

Un impératif pour les Français confinés en raison de l'épidémie de COVID-19 : être connecté à Internet dans de bonnes conditions. Mais nombreux sont les internautes qui rencontrent des problèmes de débit pour conjuguer télétravail, visioconférences, enseignement à distance pour les enfants et les étudiants, télévision et streaming... Comment faire pour améliorer le débit de sa connexion Internet pendant cette période de confinement qui risque de durer de longues semaines ? Voici quelques conseils pour jongler avec les différents usages et types de connexion : Wi-Fi, ethernet ou réseau mobile en 4G.

Quel est le (vrai) débit de votre connexion Internet ?

De deux choses l'une : soit votre ligne Internet délivre un débit relativement confortable qui devrait vous permettre de mener de front télétravail, enseignement à distance et streaming. C'est notamment le cas si vous êtes connecté à Internet en fibre optique, en câble ou éventuellement en VDSL2. Néanmoins, même si vous pouvez en théorie compter sur plusieurs dizaines, voire plusieurs centaine de Mb/s à l'entrée de votre box, le Wi-Fi qui dessert les appareils de la maison constitue un goulet d'étranglement. Il sera peut-être nécessaire d'optimiser votre réseau sans-fil afin de répondre à tous les besoins de votre foyer confiné, comme nous allons le voir ensuite.

Covid-19 : Test de débit pour le télétravail

Ces recommandations sont également valables si vous avez une box ADSL. Mais celle-ci ne vous permet peut-être de compter que sur une poignée de Mb/s. Vous pourrez l'établir plus précisément grâce à notre test de débit. Si vous ne disposez pas de plus de 5 ou 10 Mb/s, certains réflexes vous permettront de soulager votre bande passante. Tout comme l'appui du réseau mobile si vous êtes bien couvert en 4G, de préférence pour les usages les moins gourmands.

Comment optimiser votre Wi-Fi pour le télétravail ?

Si vous devez vous en remettre au travail à distance pour poursuivre votre activité en cette période de confinement liée au coronavirus, disposer d'une bonne connexion Internet est évidemment crucial. A cette fin, l'Arcep, le régulateur des télécoms, a publié un guide de bonnes pratiques afin de concilier le télétravail et les autres usages au sein du foyer. Il y est notamment conseillé d'optimiser sa connexion Wi-Fi, en installant sa box Internet en position centrale au sein du foyer. Si possible dans un endroit dégagé, en hauteur, et à distance d'autres équipements sans-fil susceptibles de provoquer des interférences.

Les conseils pour améliorer son Wi-Fi à la maison

Source : Guide Arcep "Comment améliorer la qualité de son Wi-Fi"

Par ailleurs, poursuit l'Arcep, le choix de la fréquence peut être important pour améliorer sa connexion Wi-Fi. Les internautes dont la box propose le Wi-Fi dual-band en 2,4 GHz et 5 Ghz ont ainsi tout intérêt à privilégier le 5 GHz, moins sujet aux interférences. Attention toutefois, les équipements les plus anciens ne sont compatibles qu'avec la fréquence 2,4 GHz.

Pour effectuer ce paramétrage, il faudra se rendre dans l'interface de gestion de sa box en tapant dans la barre d'adresse de son navigateur :

Livebox Orange : http://livebox/ ou 192.168.1.1

Box SFR : http://monmodem ou 192.168.0.1

BBox Bouygues : https://mabbox.bytel.fr ou 192.168.1.254

Freebox : mafreebox.freebox.fr

Quand télétravail et streaming ne font pas bon ménage

Vous l'avez peut-être déjà remarqué durant les premiers jours de cette période de confinement : mettre un dessin animé aux enfants et suivre en parallèle une visioconférence pour le travail peut s'avérer compliqué, voire impossible. En effet, votre connexion Internet ou le réseau Wi-Fi qui en dépend ne parvient pas à ménager suffisamment de bande passante pour les deux usages. Mieux vaut, si possible, éviter de cumuler les deux, d'autant que les services de streaming sont configurés de façon à bénéficier d'une bande passante optimisée, au détriment des autres usages, souligne l'Arcep.

Une solution peut être de préférer la TNT pour regarder la télé, plutôt que de passer par le décodeur de votre opérateur. Ou bien de télécharger des contenus aux moments où vous n'avez pas besoin de votre connexion pour travailler, la nuit par exemple. Afin de pouvoir les regarder en journée sur votre ordinateur ou en mode hors connexion sur un terminal mobile, smartphone ou tablette. Cette fonctionnalité est notamment disponible sur Netflix, Amazon Prime, OCS ou encore Youtube Premium. Mais pas sur la version Youtube classique. En tout cas pas en France métropolitaine. En revanche les foyers confinés en Guyane, à Mayotte ou à La Réunion pourront, eux, profiter du mode hors-ligne de Youtube.

Une autre piste proposée par l'Arcep peut-être de dédier l'une des bandes de fréquences au réseau privé virtuel (VPN) de votre entreprise si vous travaillez par ce biais, de préférence le 5 GHz, et l'autre, le 2,4 GHz, aux usages vidéo. Il faut pour ce faire donner un nom différent aux deux réseaux, toujours via les interfaces de gestion citées plus haut. Ensuite, vous pourrez connecter à l'un ou à l'autre les terminaux dédiés au travail ou au divertissement de la famille afin d'optimiser la connexion pour chacun.

Mieux : si vous le pouvez, privilégiez pour votre poste de travail une connexion via un câble Ethernet, qui sera encore plus stable. D'autant plus si vous fonctionnez via VPN, précise l'Arcep, dont l'utilisation en Wi-FI peut engendrer un débit ralenti.

Faible débit ADSL : le réseau mobile en appui

Enfin, travailler à la maison quand on a vraiment un mauvais débit ADSL peut se révéler mission impossible. Surtout s'il on compte en parallèle sur la TV ou le streaming pour le divertissement de la famille. Si l'on bénéficie d'une bonne couverture et un bon débit en 4G, le réseau mobile pourra se révéler un allié précieux. L'utilisation d'un smartphone en point d'accès Wi-Fi permettra peut-être d'escompter plusieurs dizaines de Mb/s de débit. S'équiper d'une box 4G peut également être une solution, d'autant que son installation ne nécessite l'intervention d'aucun technicien à domicile.

Avec une connexion Internet via le réseau mobile, en mode modem ou via une box 4G, il devrait être possible d'envisager un peu plus sereinement le travail ou l'enseignement à distance. Auxquels on réservera plus volontiers ce surcroît de bande passante qu'au streaming, du reste. Pour ne pas épuiser prématurément son enveloppe de data, d'une part, mais aussi pour ne pas saturer les réseaux mobiles. Et ainsi "éviter que la consommation de certains pénalisent celle des autres", comme le résumait en début de semaine Arthur Dreyfuss, secrétaire général de la Fédération française des télécoms.

Streaming : pensez qualité standard

Soulager sa bande passante et éviter d'engorger les réseaux : une double préoccupation à laquelle peut répondre un simple paramétrage des services de vidéo en streaming. En tirant un trait provisoirement sur la haute définition (HD) et encore plus sur la 4K, on économisera en effet de précieux Mb/s que l'on pourra destiner à d'autres usages. Et l'on contribuera au passage à désaturer les réseaux Internet, mis à rude épreuve actuellement.

A tel point que même Bruxelles se saisit de l'enjeu : Thierry Breton, le commissaire européen au Marché Intérieur, s'est ainsi entretenu de la problématique avec Reed Hastings, patron de Netflix. "Pour vaincre le Covid19, il faut rester chez soi. Le télétravail et le streaming sont d'une grande aide mais pourraient mettre les infrastructures en tension. Pour garantir l'accès à Internet pour tous, passons en définition standard quand la HD n'est pas nécessaire" a-t-il résumé à l'issue de cette rencontre.

[Mis à jour le 20 mars 2020] Netflix a annoncé qu'il allait «commencer à réduire les débits binaires sur tous [ses] flux en Europe pendant 30 jours». Cette modification devrait permettre de réduire «le trafic Netflix sur les réseaux européens d'environ 25%», fait savoir le service de SVOD.

A lire aussi