La TV sur IP s'impose chez les moins de 35 ans

5 août 2013 à 13h20
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h41 -

Une étude américaine confirme la progression rapide de la TV sur IP au détriment des réseaux traditionnels.Une enquête du FTTH Council et de RVA LLC, menée auprès de 2000 internautes américains et canadiens, indique un changement rapide des modes de consommation des consommateurs de vidéos au profit de la TV sur IP.

D'après l'étude, 40% des sondés utilisent les services tels que Netflix, Hulu, iTunes, Amazon ou bien se connectent à une application IPTV depuis leur smartphone/tablette. La proportion grimpe à 70% pour les internautes de moins de 35 ans.

La progression de la vidéo et la TV à la demande n'est pas un phénomène nouveau en soi. La vraie nouveauté tient dans le fait que de plus en plus d'internautes ne regardent plus du tout la TV par satellite ou par câble. Toute leur consommation de programmes TV (en direct ou à la demande) passe désormais exclusivement par Internet.

Selon l'étude de RVA, 5% des sondés - tous âges confondus - sont justement dans ce cas de figure. La proportion passe à 13% pour les moins de 35 ans. Dans cette tranche d'âge, un internaute sur sept serait donc déjà passé au tout IP et se serait affranchi des réseaux de diffusion traditionnels.

TV sur IP Netflix
L'étude met parallèlement en lumière l'importance du multi-écrans. Un tiers des sondés est équipé d'un smartphone et d'une tablette tactile. Les internautes interrogés par RVA et équipés d'un terminal reconnaissent d'ailleurs l'utiliser simultanément pendant "au moins la moitié du temps qu'ils passent devant le téléviseur".

Selon l'étude, chaque foyer dispose en moyenne de 5 terminaux raccordés à Internet. Plus de 80% des sondés ont expliqué qu'ils connectaient leurs smartphones et tablettes à leur réseau Wi-Fi pour un usage domestique. Le FTTH Council estime que la multiplication des équipements connectés associée à la forte croissance de la bande passante rend nécessaire le déploiement de réseaux FTTH.

Pou Burnett Gold, le président du FTTH Council America, "il ne s'agit pas uniquement de bande passante, mais d'obtenir une vitesse constante et un réseau sans atténuation pour que les services OTT (ndlr : netflix, google tv....) et les applications IPTV fonctionnent parfaitement sans pixellisation ni temps de chargement".

La situation française est pour le moment très différente de celle des USA. Le paysage français de l'IPTV se résume presque exclusivement à la Box des fournisseurs d'accès. D'autant que l'arrivée en France de services OTT tels que Netflix est notamment retardée le plus possible par certaines chaînes comme Canal+, qui se retranchent derrière la chronologie des médias.

Malgré ces barrières, la TV sur IP ne manquera pas de croître dans l'Hexagone. Via les TV connectées dont les fabricants améliorent l'ergonomie, via la montée en puissance de l'offre chez Apple et Google (des négociations sont en cours pour la distribution de contenus) ou via le lancement de nouvelles offres comme celle de TeVolution que nous évoquerons plus en détail dans les prochains jours.

En y regardant de plus près, la TV sur IP a déjà gagné la bataille. Les usagers plébiscitent le Replay et la Social TV, tandis que les opérateurs de TV payante multiplient les applications "Multi-écrans" pour satisfaire les nouveaux modes de consommation de leurs abonnés.