Débit Internet : comment se situe la France dans le monde et en Europe ?

Drapeau français sur la touche entrée d'un ordinateur
3 septembre 2020 à 12h12
- Mis à jour le 3 septembre 2020 à 17h15 -

Comment s'en sort la France en matière de débit Internet fixe au niveau mondial ? Pas trop mal, comme le suggère une nouvelle étude comparant plus de 200 pays.

Les connexions Internet françaises tiennent-elles la comparaison avec le reste du monde ou de l'Europe ? L'étude annuelle du site britannique Cable fournit quelques éléments de réponse sur les performances tricolores. Avec un débit moyen supérieur à 50 Mb/s, l'Hexagone s'affiche en bonne place dans le classement mondial publié aujourd'hui. Et même l'un des tout premiers parmi les grands pays industrialisés. 

La France dans le peloton de tête du débit Internet

51,33 Mb/s exactement en réception : c'est le débit moyen dont ont bénéficié les internautes Français sur la période allant de juillet 2019 à juin 2020, selon l'étude que vient de dévoiler Cable. De quoi permettre à notre pays d'accrocher la 36e place de ce classement mondial, qui s'appuie sur les tests de débit réalisés via l'outil de mesure du consortium M-Lab. Précisons que ces mesures visent à "refléter les usages en conditions réelles" et à fournir une base de comparaison entre pays, plutôt qu'à quantifier la capacité maximale d'une connexion donnée. Cette dernière approche est privilégiée, par exemple, par nPerf, notre partenaire pour le test de débit Internet

36e seulement ? Oui, mais devancée par de nombreux territoires de taille parfois beaucoup plus modeste, et donc plus "simples" à couvrir intégralement, à l'image du top 5 mondial : Liechtenstein, Jersey, Andorre, Gibraltar et Luxembourg. Si l'on compare ce qui est comparable, à savoir les pays où plus d'un million d'adresses IP uniques ont été testées, l'image est un peu plus flatteuse pour la France et ses 50 Mb/s. Dans cette ligue, seul quatre pays font mieux : Etats-Unis (71 Mb/s), Espagne (56 Mb/s), Japon (54 Mb/s) et Canada (52 Mb/s).

 

On pourra s'étonner, au passage, de l'absence de la Corée du Sud de ce peloton de tête mondial, alors que le pays figure parmi les mieux équipés au monde en fibre optique. A cet égard, les débits moyens spécifiés dans l'étude pour les DOM intriguent eux aussi : La Réunion, l'un des départements les plus fibrés de France, y affiche des débits similaires à ceux d'autres départements ultramarins pourtant bien moins bien lotis (aux alentours de 15 Mb/s).

Nous avons contacté Cable pour tenter d'en savoir plus : "Qui dit grande disponibilité ne veut pas forcément dire forte adoption", nous répond la publication britannique. On veut bien en convenir dans l'absolu, mais l'explication nous laisse sur notre faim.

Europe : France et Espagne, duo de choc

Des performances moyennes qui dépendent - entre autres - de la taille du territoire. Le raisonnement peut aussi s'appliquer au classement européen des débits Internet. Derrières les micro-Etats cités plus haut, plusieurs pays affichent des performances bien plus solides que la France. A commencer par la Suisse et ses 110 Mb/s de moyenne, la Hongrie (100 Mb/s) ou les Pays-Bas (95 Mb/s). On trouve également en bonne place les pays Nordiques et les pays Baltes, ou encore la Belgique, bien plus véloce que la France avec 66 Mb/s en moyenne.

Mais dans la catégorie des locomotives continentales, l'Espagne, pionnière sur la fibre, et la France, en pleine accélération, conservent une longueur d'avance. L'Allemagne (42 Mb/s), le Royaume-Uni (37 Mb/s), et surtout l'Italie (23 Mb/s) continuent en revanche de pâtir d'une approche beaucoup plus timide sur le déploiement du Très Haut Débit en général, et de la fibre optique en particulier. Un écart qui devrait perdurer quelques années encore... Si la situation est encore loin d'être rose pour de nombreux foyers et entreprises, la France n'a donc rien à envier à ses grands voisins en matière de débit. D'autant qu'en parallèle, notre pays reste aussi l'un des moins chers d'Europe pour s'abonner à Internet...