Tooway : entrée en lice d'Als@tis et SFR !

27 novembre 2009 à 18h50
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h47 -

Als@tis et SFR rentrent dans la galaxie Eutelsat et proposeront donc des offres Tooway. De quoi dynamiser ou dynamiter le secteur ?!Als@tis, c'est une PME d'une quarantaine de salariés créée en 2004 à Toulouse et spécialisée dans l'aménagement numérique du territoire. Concrètement, Als@tis exploite 450 relais de couverture radio, qu'il s'agisse de Wimax ou de WiFi, couvrant ainsi, de façon au moins partielle, plus de 500 communes en zones blanches.

Les zones blanches sont ces endroits trop éloignés des infrastructures de France Telecom /Orange pour que leur ligne téléphonique puisse transporter l'ADSL et qui étaient donc, jusqu'à il y a peu, au bas-débit.

Malheureusement, même dans les zones blanches couvertes par le Wimax et autres WiFimax, il existe encore des endroits où rien n'est disponbile. Pour recevoir le Wimax, en effet, il faut qu'il soit possible à l'antenne réceptrice de "voir" l'antenne émettrice : une petite colline, un muret sur le chemin et les ondes ne passent pas, ne permettant plus de recevoir Internet.

Pour être en mesure de proposer un accès haut-débit à Internet à n'importe quel client, quel que soit le contexte géographique de ses locaux, Als@tis a signé un accord avec Eutelsat, lui permettant d'être désormais distributeur de ses offres.

Cet accord ne couvre pas seulement les 500 communes où Als@tis est déjà présent, mais tout le territoire national, avec des premières livraisons prévues fin Janvier 2010.

Les offres Tooway étant déjà proposées par les sociétés Sat2Way, le précurseur du marché, et Numeo, le principe de fonctionnement de ces offres commence à être connu.

Au coeur du système se trouve le grand rival d'Astra dans le ciel européen : Eutelsat, l'opérateur qui possède et exploite les satellites Hotbird. Certes, la vidéo reste plus que jamais au coeur de la stratégie des maîtres d'Hotbird, et en particulier grâce à la montée en puissance des chaînes diffusées en haute définition.

Cependant les "Services de Données & à Valeur Ajoutée" représentent une part croissante de son activité, soit près de 200 millions d'euros prévisibles de chiffre d'affaires pour l'année 2009, et un peu moins de 20% du chiffre d'affaires annuel total prévisible.

Cette division d'Eutelsat fonde de grands espoirs, ainsi que le signale Michel de Rosen, Directeur générald’Eutelsat Communications, dans un nouveau satellite actuellement en construction dans les usines d’Astrium à Toulouse, le KA-SAT, qui "emportera en orbite plus de 80 faisceaux.

Bénéficiant des performances avancées du système SurfBeam® de ViaSat, cette nouvelle infrastructure satellitaire portera à près de deux millions le nombre d’abonnés pouvant être connectés au haut débit par un même satellite."

Bien évidemment, Eutelsat ne tire pas ses revenus du seul territoire français... Ariase estime, en effet, à moins de 5000 le nombre actuels de clients Tooway en France, contre plus ou moins 20000 utilisateurs de solutions Internet Astra : le parc de clients serait un peu léger pour atteindre un bon équilibre financier.

Par contre, outre l'arrivée d'Als@tis sur le ring, il faut noter l'apparition d'un super poids-lourd : SFR, qui devrait proposer du Tooway en marque blanche, en utilisant les services de Skylogic.

Autant dire que, début 2010, il est très probable que l'on assiste à une magnifique guerre des prix entre les six principaux acteurs du marché de l'accès à Internet par satellite pour les particuliers que sont Als@tis, NordNet, Numéo, Sat2Way, SFR et Vivéole, la conquête de nouveaux clients dans le vivier de 450000 lignes encore inéligibles à l'ADSL risquant de se transformer en foire d'empoigne...

L'offre Satellite de SFR est d'ores et déjà plutôt compétitive, comportant deux formules d’abonnement : une formule avecengagement incluant le kit satellite à partir de 34,90€/mois et une formule sans engagement à partir de 29,90 €/mois dans laquelle le kit satellite est proposé pour 399 €.

Cette solution d’accès à Internet offre, pour SFR, un débit descendant allant jusqu’à 3,6 Mbit/s et un volume mensuel d’échange inclus de 2,4 à 4,7 Go selon l’abonnement souscrit.

Un bémol : comme pour toutes les offres Tooway, la politique de quotas, bien que simple à l'usage, est vraiment complexe à comprendre, reposant sur un système tortueux de fenêtres glissantes.

Pour simplifier à l'extrême, selon le forfait choisi, un quota mensuel vous est attribué, que vous ne pourrez pas techniquement dépasser. Ce quota est impossible à vraiment dépasser car la vitesse de connexion baisse au fur et à mesure que vous téléchargez, jusqu'à une vitesse plancher de 10 kbps en réception et 5 kbps en émission quand votre quota est dépassé, ce qui correspond à du très bas débit.

Bien sûr, en attendant quelques heures ou quelques jours, l'on retrouve un niveau de débit acceptable, ce qui rend la pratique moins désagréable qu'elle ne le paraît sur le papier... Mais il n'empêche que les ingénieurs d'Eutelsat ont créé une véritable usine à gaz !

Pour rendre encore plus complexes les choses, selon les distributeurs, l'émission n'est pas comptabilisée de la même manière que la réception et peut compter pour plus dans le quota. De même, à certaines périodes 0de la nuit, le calcul peut être différent.

C'est cette opacité du système de calcul et des petits problèmes à l'allumage qui ont empêché le développement rapide de l'offre de Tooway en France, malgré toutes ses promesses... et le fait que NordNet soit une filiale d'Orange et un acteur respectable et respecté du monde des FAI a également abouti à la dominance du FAI nordique sur le marché satellitaire français.

Mais Eutelsat a désormais les crocs et veut mordre à pleine dents dans le marché français de plus belle, aidé de ses deux nouvelles recrues que sont l'ogre SFR et le petit poucet Als@tis.