Fibre : l'intérêt est là, pas les porte-monnaie

13 décembre 2007 à 14h55
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h54 -

A l'heure actuelle, quelques dizaines de milliers de personnes ont souscrit un abonnement à la fibre optique.Il y a un an, Ariase relatait la bataille que se livraient les fournisseurs d'accès ADSL sur le terrain de la fibre optique : force est de constater que la guerre de mouvement donne suite aujourd'hui à une guerre de position... voire une guerre froide !

Le nombre d'abonnés à Internet via la fibre optique est resté figé autour de quelques dizaines de milliers d'abonnés... Cette morosité est liée à plusieurs facteurs : les opérateurs, les syndics et les consommateurs eux-même.

Côté opérateur, certains réseaux se sentent désavantagés dans le déploiement de la fibre optique. Les fourreaux de France Telecom font des envieux. Ces tuyaux contenant les câbles téléphoniques contiennent souvent, en effet, de l'espace disponible et utilisable pour faire passer de la fibre.

Ajoutons à cela des difficultés à relier les zones les plus denses, donc les plus rentables : les immeubles. Ici, les opérateurs envient Numéricable, qui dispose souvent d'installations déjà en place : pas de travaux lourds, c'est éviter l'obstacle des syndics, un obstacle pris au sérieux par le gouvernement.

Tout d'abord, les syndics ne réunissent en général qu'une fois par an les habitants pour discuter de la gestion, ce qui allonge les délais et empêche le groupement des travaux dans un même quartier. Ensuite, ils sont peu motivés par l'installation de la fibre optique, car leur rémunération dépend souvent des montants des travaux réalisés dans l'immeuble dont ils ont la charge. Comme ce montant est financé par les opérateurs dans le cas de la fibre...

Enfin, et c'est sûrement la plus importante des raisons de cette fin de saison en demi-teinte, la demande n'arrive pas. Les gens montrent de l'intérêt, mais ne passent pas à l'achat, même quand elles sont éligibles à la fibre. "Il n'y a pas encore de ruée du grand public vers la fibre optique", selon les mots d'Yves Parfait, directeur de projet fibre chez Orange.