La ruée vers la fibre optique au Japon

27 août 2008 à 16h40
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h51 -

Le marché japonais des télécoms compte désormais plus d'abonnés à la fibre optique qu'à l'ADSL.Au pays du Soleil Levant, les nouvelles technologies font partie de la culture nationale. Les japonais viennent encore de le prouver puisque le très haut débit dépasse officiellement le haut débit.

Selon les données des fournisseurs d'accès japonais, plus de 13 millions de foyers nippons sont raccordés à la fibre optique. Les courbes d'évolution du nombre de clients fibre optique et ADSL se sont croisées avant l'été, et démontrent que les japonais adoptent massivement les offres FTTH au détriment de l'ADSL.

Il faut dire que près de 90 % de la population japonaise peut accéder à la fibre optique pour un prix proche d'un abonnement ADSL. En clair, la couverture FTTx au Japon équivaut presque à la couverture ADSL en France. De quoi faire réfléchir !

La fibre optique est considérée comme le successeur de l'ADSL. Non seulement le débit est de cinq à dix fois supérieur, mais il peut être symétrique. La vitesse d'envoi de données est alors aussi rapide que la vitesse de réception. La question de la bande passante étant réglée, la TVHD (et même en simultané sur plusieurs postes) peut se généraliser.

Comment les nippons ont-ils réussi ce tour de force ? En premier lieu, il faut rappeler la très forte densité de population citadine au Japon. A défaut d'espace et de superficie, les villes nipponnes se sont concentrées verticalement, ce qui optimise le déploiement en termes de temps et d'argent. Enfin, les différents opérateurs ont accordé leur violon pour lancer ensemble les investissements nécessaires à la révolution du très haut débit.