Free attaque SFR-Numericable en justice sur la 'Fibre'

4 novembre 2015 à 09h21
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h36 -

SFR-Numericable a-t-il le droit de présenter de ses offres Internet très haut-débit comme de la fibre ? Telle est la question soulevée par Free et à laquelle la justice devra répondre dans les prochains mois.

Alors que le gendarme des télécoms qualifie désormais de "câble" le réseau de fibre optique avec terminaison coaxiale déployé par Numericable-SFR, Free s’engouffre dans la brèche en portant plainte contre le cablo-opérateur pour concurrence déloyale. Selon l'Express, Free aurait saisi le tribunal de commerce pour faire condamner Numericable-SFR. Le litige porterait sur les publicités de l'opérateur qui communique sur des offres "Fibre" alors qu'il ne s'agit pas de fibre optique jusqu'au domicile.

Le retour du débat sur la "fausse fibre"

La question de l'utilisation du mot "fibre" pour décrire les abonnements très haut débit commercialisés par Numericable - et par SFR depuis novembre 2014 - revient régulièrement sur le tapis. En 2008, un premier contentieux avait opposé Orange à Numericable. La bataille judiciaire avait finalement tourné en faveur de Numericable.

7 ans après, Free prend donc le relais d'Orange et s'attaque à son tour à la terminologie "Fibre" que SFR-Numericable utilise dans ses publicités. Pour Free, l'objectif est de casser la communication de son concurrent et de tenter de lui associer une image désuète renvoyant au câble des années 80. C'est également l'occasion pour la filiale de Xavier Niel de se différencier et de se réapproprier le mot clé "fibre", un marché sur lequel elle a pris beaucoup de retard (voir notre article de 2006).




Le match FTTH / FTTLa

Il est important de rappeler qu'en France l'Internet très haut débit fixe est principalement déployé par le biais de 3 architectures réseau :

  • La fibre jusqu'au domicile (FTTH)
  • La fibre jusqu'au dernier amplificateur (FTTLa)
  • Le VDSL2


Numericable-SFR parle de "fibre" lorsque les internautes sont raccordés au réseau FTTLa de Numericable ou lorsqu'ils sont éligibles aux offres FTTH de SFR. Le modem lui-même est d'ailleurs baptisé Box Fibre. L'accusation de tromperie de Free vient du fait que dans le cas d'un raccordement FTTLa, l'internaute ne dispose pas d'une fibre optique tirée de bout en bout entre le réseau de l'opérateur et le domicile. Il est vrai que la fibre s'arrête à un boitier (noeud optique) généralement situé en pied d'immeuble ou dans la rue qui convertit les signaux optiques en signaux électriques qui transitent sur quelques mètres via un câble coaxial jusqu'à la Box de l'abonné.

En septembre 2013, Numericable avait d'ailleurs publié un document de base dans lequel il précisait que "sur la portion du réseau équipé en EuroDocsis 3.0, environ 43% des foyers sont situés à moins de 100 mètres de la connexion fibre en moyenne, environ 16 % des foyers sont situés à moins de 200 mètres, et environ 41 % des foyers sont à moins de 300 mètres de la connexion fibre".

Aujourd'hui, si les puristes associent le terme "fibre" à la technologie FTTH, il n'est ni clairement défini ni d'ailleurs encadré par l'arrêté du 3 décembre 2013 relatif à l’information préalable du consommateur sur les caractéristiques techniques des offres d’accès à l’internet en situation fixe filaire. La situation pourrait néanmoins changer sous l'impulsion de l'ARCEP et du ministre de l'Economie. En relançant la polémique sur la "fausse fibre", Free cherche surtout à faire passer l'idée que le FTTH serait plus légitime et meilleur que le FTTLa. Un argument récemment repris par Orange lors d'une campagne d'affichage baptisée "100% fibre".