Licence 3G : 5 Mhz sera-t-il suffisant pour Free ?

20 janvier 2009 à 18h50
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h49 -

Free pourrait être le prochain opérateur de téléphonie mobile. Mais avec un seul bloc de fréquences, le nouvel entrant aura-t-il une marge de manoeuvre suffisante ?La question est posée par le site web MagIT.fr qui publie un dossier très intéressant baptisé "4e licence 3G : pourquoi cela ne sera pas si simple".

Nos confrères rappelent en premier lieu que le Gouvernement n'entend réserver que 5 MHz à un nouvel opérateur entrant sur les 15 MHz de largeur de bande disponible. Les 10 autres MHz seront attribués entre les différents opérateurs intéressés. En clair, si Free devait être le "nouvel entrant", il disposerait d'un minimum garanti de 5 MHz, avec la possibilité d'obtenir de nouvelles fréquences.

5 MHz permettent à un opérateur de démarrer un réseau tout en proposant une couverture correcte. Mais uniquement dans le cadre de téléphonie GSM simple, sans services 3G associés. Selon Simon Pienne, le responsable mobilité et convergence de Solucom, "le problème est qu'une station de base 3G/HSPA a besoin de l'intégralité d'un canal de 5MHz pour fonctionner et qu'avec une seule bande de fréquence de 5 MHz, le nouvel entrant n'aura pas le luxe de pouvoir répartir ses stations de bases sur plusieurs canaux, ce qui le contraindra à installer plus de stations pour couvrir la même zone que ses concurrents".