Consolidation en Europe : l'Italie passe à 3 opérateurs

7 août 2015 à 13h36
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h37 -

La concentration se poursuit sur le marché des télécoms en Europe. Les opérateurs italiens Wind et Tre fusionnent pour créer le premier opérateur mobile transalpin devant Telecom Italia et Vodafone.Après l'Autriche, l'Irlande, le Royaume-Uni, l'Allemagne ....voilà l'Italie ! Les opérateurs Wind et Tre, appartenant respectivement aux groupes Vimpelcom et Hutchinson, vientn d'annoncer la fusion de leurs activités fixes et mobiles en Italie. Jusqu'alors 3ème et 4ème sur le marché italien, les deux marques réunies au sein de la nouvelle entité commune deviendront le premier opérateur mobile en Italie avec 31 millions de clients contre 30 millions pour l'opérateur historique Telecom Italia (TIM) et 25 millions pour Vodafone.

Cela faisait plusieurs mois que l'on évoquait des négociations et des spéculations sur un retour à 3 opérateurs en Italie. La fusion entre Vimpelcom et Hutchinson devrait stabiliser le marché italien, surtout après les récents mouvements d'actionnaires que Telecom Italia a connus avec notamment la prise de participation de Vivendi à hauteur de 15%.

Pourquoi le marché italien passe-t-il de 4 à 3 opérateurs ? Les investissements mobilisés par les réseaux fixes et mobiles à très haut débit (fibre optique et 4G) sont tellement élevés que les opérateurs de taille intermédiaire ne pouvaient pas se projeter dans l'avenir. En réunissant leurs forces, Wind et 3 (Tre) vont "acquérir à travers l'intégration de leurs activités la dimension et l'efficacité nécessaires pour continuer à offrir des services de télécommunications à des prix compétitifs" précisent les deux groupes dans un communiqué de presse commun.

Wind et Tre fusionnent en Italie
Pour un responsable de Hutchinson, "l'union de 3 Italia et Wind va créer un opérateur financièrement solide et efficace, capable d'entrer en compétition à un niveau élevé sur le marché". L'enjeu ne se limite plus uniquement au marché domestique. Cette fusion est un moyen de se renforcer en Europe. Stéphane Richard, PDG d'Orange, estimait en début d'année qu'il pourrait ne rester 4 gros opérateurs en Europe d'ici 15 ans. Du coup, chacun avance ses pions : Telefonica s'est offert e-Plus en Allemagne, Vodafone discuterait avec le géant Liberty Global, Orange et Deutsche Telekom ont cédé EE à l’anglais British Telecom, Orange a racheté l'espagnol Jazztel tandis que Hutchinson reprenait 02 à Telefonica et la filiale d'Orange en Autriche...sans oublier bien entendu Altice/Numericable avec SFR en France et Portugal Telecom.