1ère réunion décentralisée de la commission Smart City de la FIRIP sur les villes de demain

2 novembre 2016 à 11h19
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h31 -

Dans ses nouvelles activités assumées depuis le début d'année 2016, la Fédération des Industriels des Réseaux d'Initiative Publique a tenue sa première concertation sur les transformations par le numérique des villes de demain.

C'est au cours d'une réunion dans la région Grand Est (ex Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne) que s'est tenue le 20 octobre dernier, une 1ère réunion de la Commission Smart City de la FIRIP, une thèmatique déjà abordé depuis près d'un an, suite notamment au bilan sur le Colloque de la Fédération dans la Cité des Objets Connectés d'Angers.
Au-delà des bénéfices, pour les collectivités et les citoyens, du numérique et de réseaux THD pour accéder à Internet, les Smart Cities sont également au coeur de la transformation des territoires. Un bel exemple de reconversion sur d'anciens sites industriels désaffectés, afin de redynamiser des régions sinistrées par la désertification rurale, pour recréer emplois, vie économique et sociale.

André Parthenay, Président de la Communauté de communes du Pays Haut Val d’Alzette de la région Grand Est, accompagné par une délégation de maires, d’élus et d’acteurs régionaux, ont accueilli une vingtaine de membres de la commission Smart City de la FIRIP (Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique), pour la présentation d'un projet de création d’une ville nouvelle entièrement connectée, sur le site désaffecté de Micheville, situé à quelques mètres seulement de la frontière luxembourgeoise.
Ce site renferme une ancienne mine de fer à ciel ouvert ainsi qu’une friche industrielle, là où se situaient les haut-fourneaux de la Société des aciéries de Micheville, avec un cessation d'activité et le démantèlement des infrastructures, en 1986.

Le projet EcoCité Alzette Belval



Cas pratique de la ville connectée de Micheville

Situé à la fois sur les départements de Moselle et de Meurthe et Moselle, cette zone de 28.000 habitants fait l'objet d'une étude sur le déploiement du concept de territoire intelligent, sur un ancien site industriel désaffecté. Ceci se fait dans le cadre du label 'ÉcoCité obtenu en 2009' et avec le soutien du fonds " Ville de demain ".

L’objectif est de renforcer l’attractivité du territoire, afin d’en faire un lieu de vie et de consommation, à quelques centaines de mètres du Luxembourg. La Communauté de communes du Pays Haut Val d’Alzette est membre fondatrice du syndicat mixte d’aménagement numérique de la Moselle (Moselle Fibre), avec une DSP fraichement signée avec Orange (juin 2016) pour le déploiement de la fibre optique sur 140 000 logements en zones moins denses (sur 18 communautés de communes, 483 communes et environ 300 000 Mosellans).

La FIRIP et les élus de la région Grand Est sur le site


Les premiers travaux d’installation d'un réseau fibre optique sont prévus en 2018, mais cela a été l'occasion d'une réflexion élargie sur les usages de cette technologie dans tous les secteurs de la région. Du cahier des charges pour la construction des logements fibrés, à l'intégration dès le début des services de domotique, de sécurité ou d'optimisation des dépenses énergétiques, les thèmes abordés concernaient aussi l’éducation, la formation, la santé, les relations avec les administrations... jusqu'à la création d’un fab lab en lien avec l’Université et d’un éventuel data center local.

Selon Lionel Anselmo, Président de la commission " La commission Smart City de la FIRIP, a trouvé dans ce projet EcoCité Alzette Belval beaucoup d’ambition. En positionnant nos échanges en amont, cela nous a permis de croiser l’approche politique et sociétale des élus, avec nos compétences plutôt marchés et technologiques, et de contribuer à donner une nouvelle impulsion au projet ".