Une partie de la hotline de Free en grève

26 juin 2008 à 16h41
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h52 -

Pour appuyer leurs revendications, des téléconseillers de Free ont organisé une journée de grève."Hotliner en colère, Centrapel c'est la galère". Pour la première fois depuis sa création, Free a été confronté, mardi, à une grève d'une partie de ses conseillers employés au sein de sa filiale Centrapel à Paris.

Initiée par plusieurs syndicats (FO/CGT/SUD), la grève aurait touché de 4 à 40% des effectifs selon les chiffres fournis par différentes sources. Les revendications des grèvistes concerneraient essentiellement les aspects salariaux et la délocalisation des activités de support vers le Maroc.

Les téléconseillers de Free demanderaient notamment le versement intégral de la prime de congés payés de 2007, l'obtention d'un 13ème mois et la relance des négociations salariales.

Nos confrères de PC INpact ont par ailleurs été informés par le syndicat SUD que la direction de Centrapel aurait mandaté un huissier de justice pour constater la grève, en relevant le nom des employés concernés et en prenant des photos. Une démarche qui ne devrait pas apaiser le climat social.

Bien que tous les principaux FAI disposent toujours d'effectifs en France (Free à Paris, Neuf à Marseille, Alice à Bordeaux, Numericable à Champs sur Marne), il est vrai que la tendance des FAI consiste à sous-traiter une partie des appels à l'étranger (Maroc et Tunisie par exemple).

La loi Chatel a récemment soulevé la question des hotlines et notamment de leur rentabilité (et donc de leur coût). Temps d'attente gratuit, communication non surtaxée depuis un fixe (Free facture néanmoins la prestation de service), et multiplication des services "Triple Play" (et donc de la technicité des pannes) sont des exemples de défis que les hotlines doivent relever pour satisfaire l'abonné et fidéliser le client.