Vers une baisse des tarifs des hotlines ?

24 septembre 2007 à 18h15
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h56 -

Le secrétaire d'Etat à la consommation Luc Chatel relance le dialogue entre associations de consommateurs et FAI au sujet des tarifs d'appel vers les hotlines. Qui peut se vanter de n'avoir jamais eu à affronter la hotline de son fournisseur d'accès ? A l'exception de quelques rares veinards, c'est une épreuve que nous avons tous partagé. Et de supporter la voix synthétique du robot vocal en attendant un conseiller en chair et en os, ou encore l'angoisse de la montre et des minutes qui s'écoulent aussi vite que les euros...

A chaque seconde où l'on parle de son problème, l'on sentirait presque les centimes s'enfuir de son porte-monnaie, tant sont chers les appels à ces lignes dont on dit, pudiquement, qu'ils sont "surtaxés" !Ce sont peut-être des "surtaxes", mais ce ne sont pas des taxes et c'est donc sans états d'âme que le secrétaire d'Etat à la consommation, Luc Chatel, a décidé de prendre les choses en main pour qu'elles baissent.

A la veille d'une réunion de concertation, il semblerait qu'un compromis soit envisagé sur le coût des appels de ces fameuses hotlines à 0,34€ la minute. A défaut d'un numéro vert comme le préconisent les associations de consommateurs, on s'orienterait plutôt vers un numéro tarifé au prix d'un appel local. On va dans la bonne direction, certes, mais il y a des mais !

Comment faire lorsque l'on n'a plus de ligne téléphonique France Télécom ni de téléphonie VoIP ? En dégroupage total ou en "ADSL Nu", si la connexion ADSL ne fonctionne plus, il est plus que probable que le téléphone soit également en panne... Reste la cabine téléphonique ou plus vraisemblablement la solution "téléphone portable" pour appeler la hotline.