Internet et confinement : les bons réflexes pour soulager les réseaux

Un homme travaille sur son ordinateur à la maison et notes les bonnes pratiques
20 mars 2020 à 15h01
- Mis à jour le 20 mars 2020 à 15h14 -

Les Français confinés chez eux face au Covid-19 s'en remettent massivement à Internet pour poursuivre leurs activités ou se distraire. Des bonnes pratiques sont recommandées pour éviter la saturation des réseaux.

Restez chez vous : la consigne adressée à quelque 60 millions de Français pour endiguer l'épidémie de Covid-19. Qui pour travailler, étudier, communiquer n'ont souvent d'autre solution qu'Internet. Mais le réseau, très sollicité aussi pour le divertissement (streaming, jeux vidéos) tiendra-t-il le choc ? Si les opérateurs se veulent rassurants et disent ne pas craindre la panne d'Internet, des recommandations ont toutefois été émises pour éviter une saturation des réseaux.

Le réflexe Wi-Fi pour soulager le réseau mobile

C'est le principal point d'inquiétude des opérateurs : une saturation du réseau mobile, beaucoup plus sollicité qu'à l'accoutumée en cette période de confinement. En particulier dans les zones résidentielles, où les réseaux ne sont pas forcément dimensionnés pour accueillir un tel trafic en journée. 

Dans les quelque 30 millions de foyers qui disposent d'une box Internet, en tout cas ceux qui disposent d'un débit convenable, il est donc recommandé de privilégier le réseau fixe. Et de s'y connecter avec un câble Ethernet, pour une connexion stable en télétravail par exemple, et surtout en Wi-Fi pour les nombreux terminaux mobiles du foyer. Avec, pour faire cohabiter l'ensemble des usages de ses habitants confinés, assez de débit pendant le confinement.

Pour téléphoner aussi, les alternatives au réseau mobile sont à privilégier. Le bon vieux téléphone fixe, bien sûr. Mais aussi, solution encore méconnue, les appels Wi-Fi, pour les utilisateurs équipés d'un smartphone compatible.

Streaming minimum

Pour patienter entre leurs quatre murs, de nombreux Français se tournent vers le streaming : Netflix, Amazon Prime, OCS, Youtube, et peut-être Disney+ dans quelques jours... La crainte est de voir ces usages engorger les réseaux, au détriment des utilisations essentielles comme le télétravail, l'enseignement à distance, ou la télémédecine. Les opérateurs réaffirment pourtant que "les réseaux sont conçus pour tenir", les pouvoirs publics appellent les utilisateurs à la modération. 

S'agissant du streaming, notamment, des recommandations ont ainsi été émises par le gouvernement? L'objectif, indique Cedric O, secrétaire d'Etat au numérique, est que tout le monde puisse profiter d'Internet "sans se priver" :

  • privilégier les réseaux fixes, en Wi-Fi notamment, plutôt que les connexions mobiles
  • privilégier la qualité standard plutôt que la HD, sans parler de la 4K
  • télécharger ses contenus aux heures creuses plutôt que les regarder en streaming en journée. Un conseil qui vaut aussi pour certains jeux vidéos, dont les mises à jour s'avèrent très gourmandes, à l'instar de Fortnite ou Call of Duty.

A signaler également, les conseils prodigués par l'Afnic, l'association gérant les des noms de domaines en .fr. Celle-ci livre ses "10 gestes barrière numériques pour conserver un internet performant pendant la crise" du coronavirus. On y retrouve le passage en qualité vidéo inférieure, le téléchargement le soir ou encore l'extinction des terminaux quand ceux-ci ne sont pas utilisés.

En parallèle, les plateformes de contenus ont été mises à contribution : Netflix ou Youtube ont ainsi pris des mesures pour limiter l'impact de leurs vidéos sur le réseau. La plateforme de SVOD a ainsi consenti a réduire la qualité de ses vidéos pendant 30 jours en Europe, tandis que Youtube a configuré par défaut les vidéos qu'il propose en qualité standard.

 

 

 

 

 

 

A lire aussi