Internet, mobile : Free a perdu la guerre des prix en 2018, mais n'a pas dit son dernier mot

free-wall-190319
19 mars 2019 à 11h00
-

Free a publié ses résultats pour l'année 2018 : l'opérateur a perdu des abonnés fixe et mobile. Sa maison-mère Illiad mise tout sur ses offres commerciales à forte valeur ajoutée.

La tendance ne s'est pas inversée pour Free fin 2018. Les trois derniers mois de l'année ont vu de nouveaux abonnés quitter l'opérateur, qui affiche ainsi son plus mauvais bilan annuel. 374 000 clients perdus au total sur l'année, principalement sur ses abonnements pas chers. Pour redresser la barre, Iliad mise sur le haut-de-gamme et l'appétit des consommateurs pour le très haut débit : fibre et 4G.

Le forfait Free à 2 euros n'a plus la cote

C'était sa marque de fabrique : des offres innovantes à petit prix, comme le forfait à 2 euros ou 0 euro avec une Freebox ou le forfait 4G à 20 euro. Imité puis dépassé par ses concurrents, Free semble avoir atteint la limite du modèle, qui ne lui permet plus de conquérir de nouveaux abonnés.

La marque annonce ainsi aujourd'hui avoir perdu en 2018 plus de 250 000 abonnés mobiles et 93 000 clients Internet fixe. "Principalement sur les offres les moins rentables", précise Iliad. Notamment son forfait ultra low-cost à 2 ou 0 euro, abandonné par près d'un million de clients l'an dernier. Quand, dans le même temps, l'opérateur gagnait plus de 700 000 abonnés sur son forfait 4G à 20€/mois.

Les promo Freebox en panne

Malmené depuis début 2018 sur l'Internet fixe, Free avait tenté de réagir en proposant ses Freebox à tarif réduit la 1ère année. Armé de ces prix barrés comme ses concurrents, l'opérateur a peut-être réussi à limiter la casse mais ne leur a pas repris de terrain. Bien au contraire : Free affiche à fin décembre 2018 un 4e trimestre consécutif de pertes d'abonnés. Et signe même son plus mauvais résultat (-32 000) qui plus est sur une période marquée par le lancement de la nouvelle Freebox Delta. Sur l'Internet fixe, comme sur le mobile, l'opérateur a pâti d'un "contexte de marché très promotionnel". Des forfaits 4G à 5 euros à vie, des box aussi : Free n'a pas pu suivre.

Le haut-de-gamme, planche de salut pour Free ?

Une année 2018 à oublier pour Free ? Illiad préfère parler de période de "transformation" ouvrant un nouveau cycle de croissance. Avec une stratégie centrée sur les offres à forte valeur ajoutée pour doper sa rentabilité. Avec son indéboulonnable forfait 4G, qui parvient toujours à séduire les foules, et s'enrichit régulièrement de nouvelles destinations à l'international. Et bien sûr la Freebox Delta et sa pléthore de services, dont 100 000 exemplaires ont été écoulés en moins de deux mois. 

Le tout supposant des réseaux très haut débit à même de tenir la promesse du haut-de-gamme. Sur la 4G, d'abord, dont ses abonnés comptent par mi les plus friands d'Europe avec 10,9 Go de consommation mensuelle en moyenne. Reste qu'avec avec un taux de couverture de 92% de la population - qui semble avoir stagné cet hiver, Free reste toujours en retrait de ses concurrents.

L'opérateur s'applique toutefois à rappeler les efforts consentis pour améliorer sa présence sur le très haut débit mobile : il revendique ainsi la première place en termes de nouveaux sites déployés en 2018 (2 400), et en annonce environ 2 000 supplémentaires pour 2019.

tweets-iliad-2018

La fibre Free dans 10 millions de foyers

Surtout, Free met en avant son statut de 1er opérateur alternatif sur la fibre. Non seulement parce qu'il affiche  1 million de clients abonnés sur cette technologie, un chiffre presque doublé en un an et qu'il compte doubler encore dans deux ans. Mais aussi parce qu'il est aujourd'hui en mesure de proposer ses offres Freebox en fibre à 10 millions de foyers dans 90 départements, en zone urbaine et progressivement en zone rurale.

La fibre, "un élément clé de notre  stratégie de différenciation", rappelle Iliad, puisque le repositionnement de Free vers le haut-de-gamme n'a réellement de sens qu'adossé au très haut-débit. Raison pour laquelle l'opérateur entend accélérer sur la disponibilité de ses offres Freebox fibre dans les foyers français : ils seront 20 millions à pouvoir y prétendre d'ici à fin 2020, promet-il.