Recherche zone blanche désespérement...

29 août 2008 à 14h15
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h51 -

Réseaux Wi-Fi, GSM ou WiMax... deux soeurs fuient les ondes électromagnétiques qui les rendent malades.Deux femmes de la même famille, habitant la commune de Rancy en Saône-et-Loire, se mobilisent contre la multiplication des sources d'ondes électromagnétiques, dont une partie est directement liée aux réseaux de communication sans fil.

Leur motivation est d'autant plus forte que leur santé serait en jeu. Ces deux soeurs seraient victimes de sensibilité électromagnétique, également appelée électro-hypersensibilité (EHS). De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'un "trouble dans lequel une personne subit des symptômes physiques ou psychologiques qui, selon elle, sont causés ou aggravés par des champs électromagnétiques ou des ondes électromagnétiques" comme l'explique l'encyclopédie Wikipédia.

Nausées, migraines, troubles du sommeil et de l'appétit, démangeaisons, tachycardie, fatigue, les 2 soeurs souffrent de symptômes handicapants dès qu'elles se trouvent à proximité immédiate d'un téléphone mobile, d'une antenne-relais ou d'un ordinateur communiquant en Wi-Fi avec une Box par exemple.

Si les raisons exactes ne sont pas encore scientifiquement déterminées, les symptômes et la souffrance existent et ne peuvent pas être ignorés. Interviewée par un journal local, une des deux femmes explique qu'elle a dû quitter son domicile cerné par les ondes Wi-Fi des Box et les antennes-relais.

A la douleur et au stress s'ajoutent par ailleurs les moqueries pour un phénomène invisible, méconnu, et vite associé à des troubles psychologiques. Pourtant, la communauté scientifique est partagée, et la prise en considération de l'électro-hypersensibilité est différente d'un pays à l'autre.

Si en France la sensibilité électromagnétique n'est pas reconnue, elle l'est en revanche au Royaume-Uni et en Suède où l'EHS est même reconnue officiellement comme un handicap. Grâce à ce statut, les hypersensibles suédois peuvent bénéficier d'une subvention allant jusqu'à 18000€ pour financer le blindage de leur maison avec des peintures spécifiques et des tissus anti-ondes (cf : photo). Des équipements qui s'apparentent à des investissements, comme le rappelle le journal Libération.

Alors que le Conseil Général de la Saône-et-Loire souhaite lancer un plan de couverture WiMax sur le département, les deux soeurs ont écrit aux responsables locaux pour demander l'application du principe de précaution. Elles insistent bien sur le fait qu'elles ne sont pas contre Internet haut débit, mais plaident pour le déploiement de liaisons enterrées ou en fibre optique.