Mégalis Bretagne et l'ARCEP expérimentent en Bretagne l'hébergement de NRO dans des centraux NRA

30 octobre 2015 à 16h13
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h36 -

Cette semaine, Sébastien Soriano, président de l'ARCEP, se déplaçait en Bretagne, dans le cadre de l'expérimentation 'hébergement des NRO au niveau des NRA', initiée en mars 2015, en collaboration avec les équipes de Mégalis Bretagne et d'Orange.

L'ARCEP, Orange, Mégalis Bretagne… à Pleine Fougères

Mégalis Bretagne est le Syndicat mixte de la région Bretagne, en charge de la maîtrise d'ouvrage pour le projet Bretagne Très Haut Débit, visant à déployer un réseau fibre optique en dehors des agglomérations qui seront couvertes par les opérateurs privés. Cette initiative publique concerne environ 90% du territoire breton et près de 60% de la population sur les 4 départements, les opérateurs nationaux 'traditionnels' proposant des offres internet THD dans les agglomérations plus denses.

Mégalis Bretagne est sur le point de finaliser sa première phase de montée en débit (VDSL2) sur 174 opérations, avec 90% du travail déjà finalisé et plus de 98% visé d'ici la fin d'année (pour presque 50 000 prises, comme indiqué sur le planning de montée en débit de Mégalis). En attendant la décision finale sur la désignation du délégataire pour le réseau optique prévue fin novembre, Mégalis Bretagne est accompagné par l’ARCEP, pour tester l’hébergement de ses nœuds de raccordement optique (NRO) dans des centraux téléphoniques d’Orange ciblés.

Pourquoi implanter un nœud de raccordement fibre (NRO) dans un NRA ?

Cette expérimentation concerne la mise en place d'un nœud de raccordement optique (NRO), le lieu sur une zone desservie par un réseau de fibre optique, où toutes les lignes des abonnés se rejoignent, dans un nœud de raccordement des abonnés (NRA) existant du réseau cuivre ADSL. L'intérêt premier de cette solution est d'accélérer le déploiement de la fibre optique dans certaines zones, en diminuant les travaux et les problématiques liés à la mise à disposition de lieux dédiés. En implantant ces NRO dans les NRA, la simplification de raccordement des abonnés par les FAI est évidente.

La carte des déploiements numériques en Bretagne



Héberger un nœud de raccordement fibre (NRO) dans un NRA

Accompagné d'Hervé Le Norcy (directeur général de Mégalis Bretagne), de Didier Dillard (directeur de la réglementation France d'Orange) et de Christophe Villain (directeur de projet à la direction technique réseaux et services d'Orange), Sébastien Soriano s'est notamment rendu le 28 octobre au NRA de Pleine-Fougères (35) qui fait l'objet d'une expérimentation dans le cadre de ce projet.

L'occasion pour le président de l'ARCEP de mesurer la configuration des locaux de ce central téléphonique et les modalités pratiques d'hébergement des équipements optiques dans ce local.

L'expérimentation « hébergement des NRO au niveau des NRA » porte sur six sites bretons

  • Auray, Lamballe et Redon : déploiement dans des villes moyennes
  • Pleine-Fougères : déploiement dans une zone moins dense
  • Fougères et Guingamp : situées en zones d'initiative privée, pour le déploiement à Beaucé d'une part et à Grâces et Coadout d'autre part.


  • La fibre optique en Bretagne par Mégalis Bretagne : phase 1

    Adoptée par Mégalis Bretagne il y a deux ans, la première phase du projet Bretagne Très Haut Débit prévoit entre 2014 et 2018 le déploiement de la fibre optique pour environ 215 000 locaux (foyers, entreprises et services publics). Ils seront situés dans 13 villes moyennes (Auray, Carhaix-Plouguer, Châteaulin, Dinan, Dinard, Lamballe, Landerneau, Loudéac, Paimpol, Ploërmel, Pontivy, Quimperlé et Redon) et l’équivalent en nombre de lignes en zone rurale.

    Dès 2016, ce sont 60 000 prises qui seront raccordées à la fibre optique, dans quatre villes moyennes (1 par département : Auray, Carhaix, Lamballe et Redon) et dans une trentaine de territoires moins denses comme Pleine-Fougères.


    La fibre optique jusqu'à l'abonné… 100% des Bretons d'ici 2030

    Même si sur d'autres régions en test, cela peut laisser craindre un retard supplémentaire de la mise à disposition du THD dans certaines communes, des projets prévus de montée en débit VDSL2 pouvant se transformer en 'implantation d'un NRO dans un NRA', au final, pour la Bretagne, le temps gagné et les économies induites pourraient permettre au contraire un déploiement de la fibre optique plus rapide.