Télécoms : la concentration, un risque pour la concurrence ?

21 janvier 2009 à 17h10
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h49 -

Le Gouvernement serait-il inquiet du niveau de concurrence dans le secteur des télécoms, et des récentes fusions qui ont concentré le marché ?Le ministère de l'Economie a saisi l'Autorité de la concurrence d'une demande d'avis sur le "fonctionnement du marché des télécoms [...] au regard des profondes mutations constatées dans ce secteur".

Le Gouvernement s'intéresserait aux différentes fusions et autres rachats qui ont fait l'actualité en 2008. Vivendi est donc particulièrement concerné puisque le groupe détient désormais les actifs des fournisseurs SFR, Neuf Cegetel, Tele2 France, AOL France et Club Internet. Parallèlement Iliad (Free) s'est offert Alice, et Numericable a finalisé son rapprochement avec Completel (l'opérateur de réseau de Dartybox).

Depuis 2006, le marché des fournisseurs d'accès s'est considérablement restructuré au point que la quasi-totalité du marché est détenue par Orange, SFR, Iliad et Numericable. La concentration est une conséquence logique de la concurrence que se livrent les FAI mais elle réduit en même temps la marge de manoeuvre des fournisseurs.

Rappelons l'exemple de Dartybox qui peine à attendre une masse critique suffisante pour être rentable. Dans une autre mesure, le cas de Budget Telecom est également révélateur : son accord avec Telecom Italia France (location du réseau en zone dégroupée) a été remis en cause par Iliad quelques mois après le rachat d'Alice.