Numericable repart à l'offensive

18 mai 2012 à 13h09
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h43 -

Numericable contre-attaque et prépare un abonnement mobile à zéro euro associé à ses offres THD.Quelques semaines après le lancement de sa nouvelle Box, Numericable veut transformer l'essai. Et la tâche n'est pas simple puisque le cablo-opérateur doit mener la bataille sur quatre fronts différents ! Explications.

La guerre du mobile
Numericable n'a pas attendu l'arrivée du nouvel opérateur pour se lancer dans le secteur de la téléphonie mobile et du Quadruple Play. Dès le mois de mai 2011, Numericable proposait son forfait "illimité" ultra-mobile, régulièrement enrichi au fil des mois.

Quelques jours après le lancement officiel de Free Mobile, Numericable avait d'ailleurs rapidement répondu au "trublion" en baissant le prix de son forfait à 19.99€ et en augmentant le quota 3G à 3Go/mois.

Selon La Chaîne Techno, Numericable devrait cette fois-ci (la semaine prochaine ?) s'aligner sur le forfait mobile à zéro euro que Free propose à ses clients Freebox. Le secrétaire général de Numericable, Jérôme Yomtov, précise dans une interview qu'un abonnement mobile avec une heure de communication et 60 SMS sera inclus gratuitement sur demande des nouveaux abonnés à l'offre Internet Power.

La guerre des prix
La récente réorganisation de sa gamme a permis à Numericable de simplifier ses offres et de mieux cibler les besoins des internautes. Désormais, 3 offres sont clairement mises en avant :

- iSmart (100 Mbit/s + téléphonie) à 24.90€
- Power (100 Mbit/s + téléphonie + 140 chaînes TV) à 39.90€
- Power + Family (200 Mit/s + téléphonie + 180 chaînes TV) à 54.90€

Pour séduire les prospects et les inciter à changer d'opérateur, Numericable multiplie les promotions avec notamment les2 premiers mois gratuits, le forfait ultra-mobile offert jusqu'au 31 août, les frais d'accès offerts et la reprise d'engagement (jusqu'à 100€ remboursés).

La guerre des services
Pour se différencier de son rival Canalsat, Numericable s'appuie sur la puissance de sa nouvelle Box. Plus que jamais, le cablo-opérateur cherche à créer un pont entre l'univers du web et celui de la télévision.

Par exemple, Numericable intègre désormais nativement les réseaux sociaux Twitter et Facebook au programme TV que l'abonné regarde. On est loin du widget Météo proposé récemment par Canalsat...

Face aux offres de fibre optique, mais aussi face à Bouygues Télécom qui loue le réseau Numericable - le cablo-opérateur joue la carte des débits.

Numericable poursuit ainsi la modernisation de "backbone" sur deux niveaux. D'un côté, il continue de remplacer les câbles coaxiaux par de la fibre optique (réseau horizontal), et de l'autre, il met à jour ses têtes de réseau avec de nouveaux matériels compatibles avec la norme Docsis 3.0.

Au final, Numericable est le premier fournisseur d'accès à proposer une offre Internet grand public à 200 mbit/s. Reste désormais à vérifier que le déploiement de ce nouveau palier de débit s'étendra au-delà du périphérique parisien dans les prochains mois !

La guerre des réseaux
Avec près de 10 millions de foyers câblés - dont 4.4 millions raccordées via la technologie FTTLa - Numericable dispose d'une bonne longueur d'avance sur la couverture FTTH d'Orange, SFR et Free. Mais l'écart se resserre.

D'une part, la croissance du nombre de nouveaux abonnés FTTH est plus rapide que celle des clients Numericable. Et d'autre part, le parc de foyers éligibles au FTTH progresse déjà aussi vite que le nombre de prises "câble" rénovées (environ 100 000 par trimestre).

Par ailleurs, il est difficile pour Numericable de se désendetter tout en continuant d'investir massivement en parallèle. Surtout face à un opérateur comme Orange qui multiplie les accords de mutualisation et les déploiements de fibre optique (2 milliards d'euros d'ici 2015 dédiés au FTTH).

Enfin, malgré quelques succès auprès des collectivités locales (réseau EPARI en Rhône Alpes...), la grande majorité des départements et régions se tourne vers la fibre optique de bout en bout en s'appuyant sur le fonds d’aménagement numérique des territoires.