Observatoire des RIP 2017 : mettre le Numérique au coeur de la campagne présidentielle

1 mars 2017 à 18h01
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 17h30 -

Ce mercredi 1er mars, à l'occasion de la publication du tout nouvel Observatoire annuel des RIP, la Caisse des Dépôts, la FIRIP et Idate Digiworld, ont présenté un bilan sur l'état et l'impact du déploiement du THD sur les territoires.

Observatoire RIP 2017Pour la cinquième année consécutive, la FIRIP et la Caisse des Dépôts ont réuni décideurs, industriels des télécoms, élus et journalistes, afin de dévoiler et d’analyser les résultats de l’Observatoire des Réseaux d’Initiative Publique, une enquête effectuée sur deux mois par l’IDate Digiworld.
Le bilan est plus qu’encourageant, avec des investisseurs qui sont au rendez-vous, des Délégation de Service Public qui se multiplient, avec encore près de 30 nouveaux départements qui seront concernés par la signature d’une DSP afin de déployer la fibre optique sur les territoires moins denses.

Constatant une dynamique vertueuse sur les Réseaux d’Initiative Publique, cette étude met notamment en avant des investisseurs séduits par les projets FTTH sur les RIP, des créations d’emplois qui se concrétisent pas plus de 8100 créations de postes en 2016 (9000 avait été anticipés l'an dernier), mais également avec encore quelques freins, notamment du fait de monopoles de certains opérateurs, en particulier sur le BtoB et sur le déploiement de la fibre dans les zones AMII.

Les RIP et ZTD largement dans les échéances du Plan France THD

Dans les Zones Très Denses (ZTD), les opérateurs privés (Orange, SFR, Bouygues, Free) se montrent assez dynamiques sur le déploiement du THD et de la fibre. La densité de population leur assure un retour sur investissement plus rapide pour un coût moindre, mais ensuite, les choses se compliquent...
En attendant les nouvelles données de l'ARCEP,nous en sommes à 4M de prises FFTH déployées ou en cours, sur les 7 millions possibles prévues en déploiement d’ici 2020.

Deux tables rondes pour présenter l'Observatoire des RIP 2017


Sur les zones d’Initiative Publique, avec 8 millions de prises FTTH engagées sur les 15 millions prévues, là encore, les choses avancent bien, avec surtout une accélération des signatures des déploiements qui laissent les membres de la FIRIP et la CDC (Caisse des Dépôts) plutôt optimistes.
Par contre, la situation est nettement plus complexe sur les zones moyennement denses, dites AMII, avec une lenteur qui pourrait aboutir à 6 années de retard sur les objectifs de déploiement fixés, pour un fibrage complet qui pourrait se finir seulement en 2028 !

Les zones AMII en grand danger de fracture numérique !

Lorsque SFR tirait la sonnette d’alarme depuis mi-2016 sur ce sujet, cela prêtait à sourire, surtout avec les antécédents de retards de SFR sur quelques dossiers qui ont abouti par exemple la résiliation de sa DSP dans les Hauts-de-Seine (repris par Covage).La situation est paradoxalement plus complexe sur ces zones moyennement denses, dites AMII, du fait d'un accord de déploiement très favorable à Orange.
Encore au début du mois de février, lors de sa venue à Nantes, Michel Paulin, DG de SFR, remettait sur la table ce dossier, avançant que l’opérateur Orange n’avait pas la capacité à respecter ses engagement de déploiement sur ces zones et demandant une ré-allocation plus égalitaire.

Les zones AMII dans le rouge


Le constat de la FIRIP et de la CDC confirme un réel problème sur ces zones, avec seulement 2.3M de prises FFTH engagées sur les 13 millions possibles, en attendant les derniers chiffres de l'ARCEP qui paraîtront sûrement cette semaine. Pour respecter les engagements, il faudrait qu'Orange (et dans une moindre mesure SFR), déploie 2,7 millions de prises par an : une pure utopie !

Haro sur le rapport de la Cour des Comptes

Tweet d'Axelle LemaireDepuis la publication fin janvier 2017 du rapport très controversé de la Cour des Comptes sur le déploiement des réseaux numériques en France, les réponses de tous les acteurs, publiques ou privés, se sont multipliées, y compris par un tweet assassin de notre ex-Secrétaire d’Etat au Numérique, Mme Axelle Le maire, parlant de 'gens qui ne connaissent rien aux télécoms...'.

Cette présentation de l’Observatoire des RIP 2017 a été encore une fois l’occasion de quelques piques bien placées, les plus calmes parlant d’un rapport daté et manquant de précision.
Les plus virulents n’hésitaient pas à parler d’un rapport avec deux ans de retard, un comble sur un marché du numérique qui bouge en permanence, avec deux ans en arrière un Plan France THD qui en était encore à la préhistoire.

Un financement attractif sur les RIP

Prouvant les erreurs du rapport de la Cour des Comptes, Gabrielle Gauthey de la Caisse des Dépôts, mais également Laurent Chabot, Co-responsable des Financements d’Infrastructures de la Société Générale, ont confirmé que trouver des investisseurs privés et des fonds d’investissement sur des projets de déploiement de fibre optique ou de technologies THD n’est pas un problème majeur.

Un financement moins coûteux pour l'état


En fait, après avoir rappelé que sur les 20 Mds € du Plan France THD, à peine 6,5 Mds € étaient supposés venir de financements publics. Or, selon cet Observatoires des RIP 2017, devant l’appétence des investisseurs privés et l’optimisation des coûts de déploiement de ces infrastructures fibre optique, on tomberait même à 4 milliards d'euros seulement imputés à l’état.
Deux exemples parlent d'eux-même :
Sur le projet de la DSP en Alsace (Altitude Infrastructure), 63 % des 450 M€ sont à la charge des acteurs privés, et sur la partie concessive de la DSP des Hauts-de-France, ce sont même 82 % des financements qui ne concernent pas les fonds publics !

Comme le rappelait Jean Michel Attali d’Idate DigiWorld, pour le budget des l’État, une goutte d’eau face aux :

  • 46 Mds € votés fin décembre pour la rénovation du réseau ferroviaires français sur les 10 ans à venir
  • 25 Mds € du projet Grand Paris Express
  • le projet de liaison Lyon-Turin, de 26 milliards d’euros, que le candidat Dupont Aignan veut tout simplement annuler, afin de répartir ce budget sur d’autres projets, notamment pour accélérer le Plan France THD.


Le RTTH au secours du Plan France THDEnfin, le sujet des technologies n’est plus tabou, et la FIRIP confirme que plus de 5 millions de foyers dans les zones peu denses seront connectés par des solutions autres, satellitaires ou radio (WiFiMax, RTTH/4G Fixe…). Ces solutions proposerons des offres triple play avec des débits jusqu’à 30 Mbit/s, voire plus. Une des clefs pour cette dernière sera le résultat de la consultation de l’ARCEP pour l’attribution de 40 MHz dans la bande des 3,5 GHz, plus éventuellement l’utilisation d’autres fréquences (le 2,6 GHz?).

Le monopole d’Orange/SFR dénoncé par les opérateurs B2B

Autre sujet qui fâche en plus de la situation en zone AMII, la situation de monopole de 2 des opérateurs nationaux OCEN (Orange et SFR), sur les offres destinées aux entreprises. Actuellement, le marché est monopolisé par Orange (70%), par SFR (20%), avec ensuite Bouygues (5%) et le reste des opérateurs qui se partagent les miettes. Or sur les RIP, la dynamique concurrentielle joue à fond, surtout avec des réseaux neutres et activés, avec un facteur X5 des offres proposées dans ce cas et X6,5 sur le taux de conversion.
A l'inverse, 62 % des RIP ont plus de 10 opérateurs, 29% entre 5 et 9, laissant un vrai choix aux entreprises ! Les opérateurs privés aimeraient pouvoir eux aussi accéder à ce marché de chasse-gardée avec une ouverture des réseaux FTTO/FTTE existants de la part des opérateurs nationaux, avec des offres dites activées...

Orange et SFR en monopole sur les offres pros


Assez confiant devant ces chiffres et la tendance actuelle sur les RIP, les acteurs du secteur considèrent que si rien ne vient ralentir cette dynamique, d’une situation actuelle qui place la France en 20ème position européenne sur la couverture à 100 Mbit/s et plus, la France pourrait redevenir un pays leader du THD dès 2022. A condition bien entendu que le Plan France THD à minima se poursuive comme prévu ou mieux, s’accélère ! Un petit message pour notre futur(e) Président(e)…