Orange avance ses pions au Maroc et en Egypte

23 février 2015 à 12h13
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h38 -

Après l'opérateur espagnol Jazztel, Orange continue de se renforcer autour de la Méditerranée en rachetant des parts de capital de ses filiales marocaine (Meditel) et égyptienne (Mobinil). Si la France demeure son principal marché, Orange est parallèlement dans de nombreux pays en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. Et c'est justement au Maroc et en Egypte qu'Orange est actuellement en train de renforcer sa présence. Au Maroc, Orange est en passe de devenir l'actionnaire majoritaire de sa filiale Meditel. Depuis 2010, la participation d'Orange au capital de Medi Télécom se limitait à 40%. Mais l'opérateur exerce désormais une option d'achat qui lui permettrait de gagner un supplément de 10,10% du capital et des droits de vote.

Selon l'Express, une fois l'opération achevée, Méditel serait logiquement rebaptisée "Orange Maroc" avec l'objectif d'augmenter ses parts de marché face à l’opérateur historique Maroc Télécom (vendu par Vivendi à au groupe émirati Etisalat) et à l'opérateur alternatif Wana avec qui Orange est au coude à coude.

Orange et ses concurrents au Maroc (décembre 2014)
Méditel (Orange) Maroc Télécom Wana
Abonnés mobile 13.592 millions 18.230 millions 12.293 millions
Parts de marché 30.81% 41.32% 27.87%

Mobinil et Meditel dans le giron d'Orange

En Egypte, Orange détient actuellement 94% de l'opérateur Mobinil mais devrait rapidement posséder 99% du capital de sa filiale. D'ici la fin du premier trimestre, Orange rachètera la part minoritaire de 5% détenue par Orascom Telecom Media and Technology (OTMT). Cette option d'achat, prévue dans le contrat signé entre les deux groupes en avril 2012, mobilisera 210 millions d'euros.

"Au troisième trimestre 2014, Mobinil comptabilisait 33 millions de clients et son chiffre d'affaire enregistrait une croissance annuelle de 4 %" précise Orange. Néanmoins, Mobinil a perdu près de 2 millions de clients mobiles entre le 30 septembre 2013 et le 30 septembre 2014. Une situation qui s'explique notamment par la concurrence avec Vodafone et Etisalat. Rappelons qu'en 2013, l’Autorité de la concurrence d’Egypte (ECA) a lancé des poursuites judiciaires contre Mobinil, Vodafone Egypt et Etisalat Misr, accusés d'entente sur une augmentation des prix des services mobiles.