Freebox TVReplay : ceux qui paient et les autres...

2 juillet 2010 à 16h06
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h46 -

Free propose à ses abonnés de payer un supplément pour garantir l'accès à son service de télévision de rattrapage entre 19 et 22 heures.Le communiqué de presse d'Iliad occulte une information essentielle à propos du nouveau service Freebox TVReplay . Les freenautes qui le souhaitent peuvent en effet souscrire une option - un Pass soirée (0.99€) ou un Pass Mois (3.99€) - qui "garantit un accès prioritaire aux programmes de toutes les chaînes entre 19h et 22h" pour reprendre la description qui est faite dans le magazine AKTU publié par Free ces derniers jours.

Qu'est-ce que cela signifie ? Le service de télévision de rattrapage reste gratuit et concerne les chaînes incluses dans l'offre des freenautes. La véritable "innovation" de Free est d'ajouter une dimension financière qui sépare clairement la notion de "best effort" de celle de "service garanti".

En clair, les freenautes qui ne paient pas de supplément sont soumis aux aléas d'une éventuelle baisse de qualité de service. A l'inverse, les freenautes qui choisissent le Pass sont considérés comme prioritaires et ne devraient pas être victimes d'une hypothétique saturation des serveurs par exemple. Pour l'heure, nous n'avons pas trouvé de conditions générales qui encadreraient ce Pass et qui décriraient par exemple les modalités du service, les engagements de Free en la matière et les compensations en cas de défaillance.

Freebox TVReplay : la neutralité du Net en débat
Contacté par notre équipe, le service des relations presse de Free n'a pas répondu à notre demande d'information complémentaire. Néanmoins, 01net rapporte les propos d'un responsable de Free pour qui "il s'agit juste de précautions pour offrir un accès optimal au service".

De son côté, Univers Freebox précise que les programmes à la demande des chaînes TCM, Boomerang et Boing (groupe Turner) ne devraient pas être concernés par l'offre "Premium" du service Freebox TVReplay.

En plein débat sur la neutralité du Net, Free brise un tabou dans le secteur de l'ADSL en France. "Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade"....le dicton sera-t-il appliqué désormais aux contenus TV gratuits où ceux qui paient auront le droit de (re)voir et pas les autres ? On est loin des critères d'éligibilité technique qui régissent les internautes qui ont accès à la TV HD et ceux qui doivent se contenter de la TV "bas débit".