La FIRIP et l'AVICCA s'inquiètent pour le plan Fibre

19 juin 2014 à 11h52
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h40 -

La FIRIP et l'AVICCA rappellent que le très haut débit pour tous est un projet largement porté par les collectivités locales dont l'élan ne doit pas être stoppé.Représentées par l'AVICCA et par la FIRIP, les collectivités locales et la filière industrielle des réseaux d'initiative publique estiment que le Gouvernement doit "dissiper les incertitudes créées par la réforme institutionnelle et les contraintes budgétaires".

Malgré la relance du plan national France Très Haut Débit en 2013, ces deux associations s'inquiètent du contexte actuel qui pourrait peser sur les collectivités qui auront la charge de fibrer 80% du territoire d'ici 2022. Compte tenu de l'importance des enjeux - aussi bien économiques que stratégiques - l'AVICCA et la FIRIP invitent les pouvoirs publics à renforcer le pilotage du plan "France THD" et à améliorer la visibilité économique des réseaux d’initiative (RIP) en charge du déploiement de la fibre optique pour le compte des départements et des régions. Concrètement, l'AVICCA et la FIRIP proposent 5 mesures :

1/ partager la gouvernance du projet au sein d'un établissement public dédié

2/ programmer l’extinction du réseau cuivre (et donc de l'ADSL) dans les zones où la fibre est déployée

3/ sécuriser le financement en inscrivant les crédits du plan Très Haut Débit dans la Loi de Finances et finaliser les aides communautaires prévues au FEDER

4/ valider rapidement les dossiers des collectivités déposés au Fonds pour la Société Numérique (FSN) pour accélérer le lancement des travaux

5/ permettre, dans la réforme territoriale, la poursuite d'une action concertée de toutes les collectivités.

Ces deux derniers points cristallisent de nombreuses craintes. La réforme territoriale - avec le passage annoncé de 22 à 14 régions - perturbe déjà les projets de déploiement du très haut débit. Concrètement, les dossiers de financement sont en attente et les commandes sont gelées. Sans parler d'éventuelles changements de cap comme celui évoqué par Jean-Michel Billaut dans les Yvelines.

La FIRIP souligne que les "industriels en charge des déploiements du très haut débit ont besoin de visibilité pour investir et former leur personnel [...] et les collectivités ont besoin d'industriels performants pour déployer aux meilleurs coûts". Le plan France Très Haut débit mobilisera 20 000 emplois non délocalisables par an pendant 10 ans... sans compter les dizaines de milliers d'autres qui seront créés grâce au formidable levier de croissance que représente la fibre optique, à la fois source de compétitivité et d'économies pour les entreprises comme pour les territoires.

Pour l'AVICCA et la FIRIP, la visibilité passe également par un calendrier clair sur le basculement du cuivre vers la fibre. De nombreuses zones en cours de déploiement, et même déjà couvertes par la fibre, sont en concurrence directe avec l'ADSL et son successeur le VDSL2. Actuellement restreint aux lignes téléphoniques en distribution directe, le VDSL2 pourrait d'ailleurs être étendu à la fin de l'année aux lignes indirectes. Avec davantage de foyers éligibles au VDSL2, il sera d'autant plus difficile aux RIP de populariser la fibre optique et de soutenir un modèle économique viable pour les acteurs de cette filière.