Et si la France lançait un plan Marshall numérique ?

10 décembre 2008 à 18h51
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h50 -

A l'heure où les milliards pleuvent pour soutenir l'économie, le numérique et le (très) haut débit sont oubliés des plans de relance. Du moins en France."Internet : le grand absent du plan de relance". L'association Renaissance Numérique, regroupant les principaux dirigeants des entreprises du secteur de l’Internet, publie un communiqué (une lettre ouverte ?) dans lequel elle s'étonne de l'absence des mots "haut débit, internet, économie numérique" dans le plan de relance annoncé récemment par le Président de la République.

En clair, pourquoi la France ne s'inspire-t-elle pas de l'exemple américain ? Rappelons que le nouveau Président élu, Barack Obama, a prévu des investissements publics massifs dans les autoroutes de l’information et l'accès universel au haut débit. Les Etats-Unis veulent ainsi faire d'une pierre deux coups : lutter contre la crise, tout en accroissant la compétitivité des USA grâce un "new deal numérique".

Renaissance Numérique souligne que l’extension du haut débit présente un intérêt économique (investissements et développement d’infrastructures) mais aussi social. En période de crise, la fracture numérique pèse en effet particulièrement sur les plus fragiles, "exclus des circuits de l’information et de la mobilité".

Alors qu'un rapport sur la nécessaire implication des pouvoirs publics dans le déploiement de la fibre optique vient d'être publié, Renaissance Numérique sne comprend pas que l'économie numérique ne soit pas associée au plan de relance. Une position que le député PS de la Nièvre, christian Paul, partage puisqu'il regrette qu' "il n'y ait pas un euro d'argent public pour les réseaux à très haut débit".