Les freenautes désunis autour du coût de leur hotline

26 février 2009 à 19h42
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h48 -

La demande de Freeks à Free de ne plus faire payer la hotline dans certains cas a semé la zizanie dans les rangs des communautés freenautes.Free est le fournisseur d'accès à Internet bénéficiant du plus grand nombre de communautés différentes.

Les raisons en sont historiques : le premier marché visé par Free a longtemps été les technophiles, qui apprécient souvent de s'exprimer sur les forums et sont également à même d'avoir le temps, les compétences, l'intérêt et l'argent pour administrer une communauté.

Souvent montées sous forme associative, ces communautés s'organisent en général autour d'un site. Par ordre alphabétique, on pourra ainsi citer, et ce ne sont sûrement pas les seuls, l'ADUF, Freebre, Freeks, Freenews, le Journal du Freenaute et Univers Freebox.

Ces sites sont très enrichissants pour les freenautes, qui peuvent y trouver une multitude d'informations sur Free et les services que ce FAI leur concocte.

L'actualité du déploiement national, régional et technologique de Free, les tutoriels pour utiliser à 100%, les forums d'aide technique, commerciale ou juridique sont autant de thématiques traitées par les sites de communauté.

Freeks est une communauté dont les thématiques d'intérêt comportent l'aide à l'internaute, et notamment le freenaute ayant des difficultés avec Free.

Cette association "loi 1901" financée par les cotisations de ses membres, a dans ses statuts de "Permettre la défense des intérêts des clients anciens, actuels ou futurs des services d'accès à l'Internet de la société Free/Proxad" et, dans le cadre de cette mission, a mis en demeure Free en ce qui a trait au coût de sa hotline, dès lors qu'un problème technique dû à Free a été à l'origine de l'appel.

Cette initiative aux objectifs a priori nobles - ne pas faire que l'internaute pâtisse doublement d'une erreur imputable à Free, en perdant du temps à appeler la hotline et en perdant de l'argent puisque ce service lui est facturé, s'est trouvé des détracteurs inattendus : des membres d'autres communautés de freenautes !

La proposition a surtout été mal comprise, de nombreux freenautes ayant compris que Freeks souhaitait la gratuité totale de la hotline, dans tous les cas. Et de mettre en avant les problèmes qu'engendrent la gratuité d'une hotline : plus difficile à joindre ou/et accompagnée d'une hausse du tarif mensuel ou/et la perte d'un avantage actuel, la gratuité sous certaines conditions de l'intervention d'un technicien ATP.