La fracture numérique en chiffres

21 juillet 2010 à 17h20
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h45 -

Quelle est la part de lignes téléphoniques éligibles à la TV par ADSL, au 20 Mbits ou à l'inverse uniquement au ReADSL ? A l'occasion de l'activation du 14000ème central téléphonique, nous vous proposions hier un bilan de la couverture ADSL en France. Pour aller plus loin, notre équipe s'est penchée aujourd'hui sur la répartition des lignes téléphoniques en fonction de leur d'affaiblissement théorique.

L'affaiblissement est une valeur mesurée en décibels (dB) qui indique l'atténuation de la puissance du signal sur une ligne téléphonique. Plus l'affaiblissement est élevé, moins la connexion est rapide et moins elle est capable de supporter des services tels que la TV par ADSL. L'affaiblissement est par conséquent un des indicateurs révélant la fracture numérique qui sépare la France du haut (débit) de la France du bas (débit).

Répartition des lignes ADSL par affaiblissement et par débit

Le graphique ci-dessus est une représentation visuelle des résultats de l'analyse de plusieurs millions de lignes dont l'éligibilité a été vérifiée sur notre test ADSL. Chaque couleur correspond à une tranche d'affaiblissement associée elle-même à un débit minimum et maximum. Plus la couleur est chaude plus la vitesse de la connexion est rapide. A l'inverse, les zones froides (bleu/vert) caractérisent des lignes "moyen-débit" éloignées des noeuds de raccordement (NRA).

Près d'un tiers des lignes (30,29%) présente un affaiblissement inférieur à 20dB. Distantes de moins de 2 kilomètres d'un central téléphonique, ces lignes fournissent des débits allant de 14 à 22 Mbits/seconde en zone ADSL2+. Inutile de préciser que les internautes peuvent alors profiter au maximum de leur connexion ADSL et de la télévision haute définition ( y compris en multi-pièces) s'ils sont raccordés sur un NRA équipé IPTV.

Près de la moitié des lignes est compatible avec un débit supérieur à 11Mbits correspondant à une atténuation inférieure à 30dB. Cette situation est typique des zones urbaines où la population est plus densément regroupée à proximité des centraux téléphoniques.

Concernant la TV par ADSL, 3 lignes sur 4 seraient capables de supporter un flux IPTV encodé en MPEG4 (débit de 4Mbits avec une atténuation inférieure à 50dB). La TV HD (nécessitant une ligne avec un débit minimum de 7Mbits) serait également disponible sur plus de 60% des lignes.

Ces données montrent, à l'inverse, qu'un quart des lignes (et par ricochet de la population) ne permet pas aux internautes de profiter de la TV par le biais de leur Box ADSL. Cela représente tout de même près de 9 millions de foyers pour qui la télévision restera forcément synonyme de TNT, de satellite ou de câble.

On constate que plus de 20% des lignes ont un affaiblissement compris entre 50 et 78dB. Difficile dans ces conditions de regarder d'une traite une vidéo en streaming... Si la plupart des lignes de cette tranche autorise un débit variant de 1 à 4 Mbits, une part de 3% (soit environ un million de lignes) se retrouve néanmoins uniquement éligible au ReADSL où la vitesse ne dépasse pas 512Kbits.

La répartition des lignes téléphoniques par affaiblissement montre que la population française est plutôt bien desservie par la boucle locale cuivre. Près de la moitié des lignes permettrait un débit supérieur à 11Mbits et presque 80% supporterait la TV par ADSL.