Un second trimestre mitigé pour Bouygues Télécom

28 août 2013 à 11h54
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h41 -

Bouygues Télécom annonce des performances commerciales modestes au second trimestre, notamment en termes de recrutements de nouveaux abonnés Bbox ADSL et Fibre.Au printemps dernier, Bouygues Télécom a marqué le pas. Sur le marché de l'Internet haut débit fixe, l'opérateur annonce 55 000 nouveaux abonnés au premier semestre. Etant donné que Bouygues a déjà recruté 45 000 clients au 1er trimestre, cela signifie que seulement la base d'abonnés Bbox n'a gagné que 10 000 nouveaux clients entre le 1er avril et le 30 juin dernier.

Au second trimestre, Bouygues Télécom comptait ainsi 1.9 million d'internautes dont 320 000 sur le réseau très haut débit loué à Numericable (contre 312 000 en début d'année).

La Bbox séduirait-elle moins les internautes ? Pas forcément. Compte tenu des chiffres publiés par Bouygues, il est impossible de savoir si l'opérateur a peu recruté (performances brutes) ou si de nombreuses résiliations d'abonnement Bbox ont fortement réduit ses acquisitions nettes.

Sur le marché du mobile, Bouygues Télécom compte désormais 11.286 millions de clients, soit une très légère hausse de 15 000 clients au second trimestre (+432 000 sur un an). Le segment "SoWo" (Sim Only Web Only) poursuit sa croissance avec un gain de 188 000 clients entre le 1er avril et le 30 juin chez B&You. La marque "low cost" de Bouygues compte désormais 1.6 million de clients contre 452 000 à la même période en 2012.

Sur la marque Bouygues Télécom, l'opérateur a gagné 184 000 abonnés "forfaits" au second trimestre contre 190 000 en début d'année (soit + 374 000 au 1er semestre). Comme d'habitude, le segment "prépayé" a le plus souffert : les clients préfèrent désormais souscrire un abonnement postpayé d'entrée de gamme.

1er semestre 2013 Bouygues Télécom
Au second trimestre, les indicateurs financiers de Bouygues Télécom montrent une nouvelle fois l'impact du bouleversement du marché provoqué par l'arrivée de Free Mobile en janvier 2012. Le chiffre d'affaires trimestriel tombe à 2.287 milliards d'euros (-15% par rapport au T1 2012) tandis que le résultat opérationnel franchit difficilement le cap des 90 millions d'euros alors qu'il avoisinait 150 millions d'euros un an plus tôt.

Outre les performances commerciales modestes, Bouygues Télécom explique la baisse plus forte qu'attendu du chiffre d'affaires "par le poids croissant des ventes de forfaits mobiles sans téléphone". Par conséquent, Bouygues Télécom révise son objectif annuel et anticipe une baisse de 250 millions d'euros. L'opérateur ne table donc plus sur un chiffre d'affaires 2013 de 4.85 milliards mais de "seulement" 4.6 milliards.

S'estimant toujours en phase de stabilisation de son parc de clients mobile, Bouygues Télécom mise sur la réduction de ses coûts (le plan de transformation a permis d'économiser 188 millions d'euros au 1er semestre 2013 soit 2 fois plus qu'au 1er semestre 2012) et sur le déploiement de la 4G LTE.

Bouygues estime par ailleurs que le très haut débit mobile sera moins coûteux à déployer grâce à la mutualisation des investissements en cours de négociation avec SFR d'une part, et qu'il améliorera la rentabilité grâce à une hausse "mécanique" de la consommation de data. Rappelons que Bouygues lancera son réseau national 4G le 1er octobre prochain (40% de la population couverte) en s'appuyant sur la réutilisation des fréquences 2G (1800 Mhz) validée par l'ARCEP. Des arguments qui semblent convaincre les investisseurs puisqu'à 11 heures ce matin, l'action de Bouygues grimpait de 5.45%.