Un second trimestre en demi teinte pour Iliad

5 août 2009 à 14h09
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h47 -

Iliad imiterait-il Orange ? Les résultats commerciaux du groupe marquent le pas : Free recrute moins vite tandis qu'Alice continue de perdre des clients.Comme convenu, le groupe Iliad a publié aujourd'hui les résultats financiers et commerciaux de son activité au second trimestre. Au 30 juin 2009, Iliad (Free + alice) comptait 4 371 000 abonnés ADSL. Par voie de communiqué, le Groupe Iliad estime qu'il "a consolidé sa position de premier opérateur ADSL alternatif, grâce au dynamisme de la marque Free et à l’intégration d’Alice".

S'il est indéniable que Free poursuit sa croissance, force est de constater que la progression est moins rapide. Premier constat, le "trublion" a séduit 58000 nouveaux clients entre le 31 mars et le 30 juin 2009 contre 93000 sur la même période en 2008. Rappelons que durant les 3 premiers cette année, Free avait accueilli 142 000 nouveaux clients.

Bien que la direction d'Iliad parle d'une "érosion contrôlée de la base d'abonnés Alice", les chiffres évoquent davantage une détérioration de la situation du fournisseur d'accès racheté l'année dernière par la maison-mère de Free.

Le nombre de clients ADSL Alice a de nouveau chuté et s'établit désormais à 782 000 soit une perte d'environ 70 000 abonnés en un an. Entre le 31 mars et le 30 juin 2009, Alice a ainsi perdu 24 000 abonnés. C'est tout de même mieux que les 30 000 départs enregistrés trois mois plus tôt. Faut-il y voir les premiers effets de l'intégration des clients Alice au réseau de Free ?

Commercialement, les résultats d'Iliad sont mitigés par rapport aux périodes précédentes. En revanche, financièrement, le groupe reste une valeur sure. Le chiffre d'affaires d'Iliad (970 millions) s'approche de la barre symbolique du milliard pour le premier semestre 2009. Grâce à l'intégration d'Alice, le CA d'Iliad bondit de 40% en un an. Celui de Free gagne 14% sur la même période.

La bonne santé financière du groupe est notamment maintenue par le faible coût d'acquisition des nouveaux freenautes, et un très bon revenu moyen par abonné. Bien que le budget publicitaire de Free soit en hausse, il reste inférieur à celui de ses concurrents. Parallèlement, grâce à son fort taux de dégroupage (87%) et à ses services TV (bouquets optionnels et VoD), l'ARPU continue de progresser pour atteindre 36,3€ en moyenne.