Avec Salto, France TV, TF1 et M6 font cause commune pour contrer Netflix

15 juin 2018 à 19h13
- Mis à jour le 23 avril 2019 à 15h57 -

Les trois groupes audiovisuels s'unissent pour proposer un service de streaming à la française, Salto.

FRance TV, TF1 et M6 lancent Salto
L’idée était dans l’air depuis un certain temps, et elle semble se concrétiser : France Télévisions, TF1 et M6 ont annoncé aujourd’hui le lancement prochain d’une plateforme de streaming commune baptisée Salto. Objectif : proposer un service de contenus OTT (accessible directement en streaming) pour s’adapter aux nouveaux usages, et surtout contrer l’influence grandissantes des plates-formes américaines, Netflix en tête. Un « service de qualité » et d’une « variété sans égal » qui doit « participer activement au rayonnement de la création française et européenne », promettent les trois groupes audiovisuels dans un communiqué commun.

Quels programmes sur Salto ?

Concrètement, la plateforme Salto permettrait de regarder en streaming les programmes des différentes chaînes de France Télévision et des groupes TF1 et M6, en direct et en rattrapage : TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI, France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, France Info, M6, W9 et 6 Ter. Le tout s’articulant « de la meilleure manière » avec les services existants MyTF1, 6Play et France.tv.

La future plateforme embrassera tous les domaines : info, sports, divertissements, fictions françaises, série US, documentaires et cinéma. S’y ajouteront des « programmes inédits » émanant des trois entités, et la possibilité de voir le service s’ouvrir « aux programmes d’autres éditeurs dès son lancement ». Sont promis également des avant-première et « services enrichis ».

Salto, comment, quand et à quel prix ?

La plate-forme dispose déjà d’une ébauche de site et de comptes Twitter et Facebook, mais on n’en sait guère plus sur sa véritable date de lancement, ni sur les modalités d’utilisation du service. Il y aura « plusieurs formules d’abonnement pour tenir compte des besoins de chacun », apprend-on, et le service sera « sans engagement ».

Service de streaming Salto

 

Plusieurs médias, comme Le Monde, évoquent pour l’instant deux niveaux d’abonnement : l’un, basique (2 à 5€/mois), donnerait accès à un replay étendu et des services supplémentaires comme le retour au début, ou la mise à disposition d’une saison entière d’un même programme. L’autre, plus haut de gamme (7 à 8€), permettrait de puiser en illimité dans le catalogue mis à disposition par les trois groupes, et donc potentiellement des éditeurs tiers.

Quant aux modalités d’accès, la mention d’une plate-forme « OTT » laisse entendre qu’elle se destine avant tout aux usages sur écrans connectés : smartphones, tablettes, ordinateurs ou encore Smart TV et autres dispositifs donnant accès aux magasins applicatifs Android et iOS.

Salto vs Netflix, à armes égales ?

Sera-ce suffisant pour enrayer l’irrésistible ascension de l’ogre Netflix, avec Amazon Prime Video en embuscade ? Deux questions ici : les téléspectateurs français seront-ils disposés à payer pour accéder à des contenus par ailleurs gratuitement accessibles via la TV linéaire, du moins en partie (sans parler des contenus disponibles sur Youtube and co ?).

D’autre part, les trois groupes français pourront-ils rivaliser avec la force de frappe des géants US, qui investissent chaque année plusieurs milliards dans la production de contenus originaux ? Dotés d’une puissance de feu bien moindre, France TV, TF1 et M6 comptent notamment jouer sur l’exception culturelle, en proposant un accès élargi à la production française, réduite à la portion congrue chez leurs concurrents américains. Reste que pour rivaliser avec des Narcos, Stranger Things et autres Black Mirror, surtout auprès des publics les plus connectés, Salto devra s’offrir de solides têtes de gondole... Suite au prochain épisode.