SkyDSL : l'opérateur reprend des couleurs

8 janvier 2008 à 20h03
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h54 -

Si ses offres d'accès à Internet par satellite couvrent toute l'Europe, SkyDSL devient suisse. 80% de l'opérateur devraient appartenir à Mountain Super Angel AG fin janvier.Il y a quelques mois, en Septembre 2007, l'actionnaire principal de SkyDSL annonçait être sur le point de jeter l'éponge, l'opérateur satellite ayant subi de très lourdes pertes financières. 700000 euros avaient, par exemple, été perdus au premier trimestre de 2007. TELES avait déjà envisagé de mettre la clé sous la porte en 2006, mais y avait finalement renoncé, jugeant les frais de fermeture trop importants.

Les montants financiers en jeu dans la transaction, comme de coutume avec les fonds d'investissements, n'ont pas été dévoilés. Une seule chose est certaine : avec un tel passé, les allemands n'ont probablement pas gagné grand chose.

Moutain Super Angel AG se présente au public comme un investisseur appréciant les investissements courts, rentables et dont il est facile de se dégager. C'est aussi un investisseur apportant du capital à des entreprises "en situation spéciale", et notamment en détresse, comme l'était SkyDSL.

Sachant tout celà, l'on n'imagine pas que Moutain Super Angel AG reste longtemps au capital de SkyDSL. Il pourrait d'ailleurs, au demeurant, ne pas y accéder, l'investisseur suisse n'ayant pas encore acheté les actions, mais simplement une option d'achat portant sur 80% du capital de la société cotée TELES, la maison-mère de SkyDSL fondée en 1983. Jusqu'au 28 Janvier, il peut donc se rétracter. Ce genre d'option, sauf clauses contraires, peut même potentiellement être revendue à d'autres investisseurs.

Cependant, les faits plaident en faveur de l'hypothèse d'un investissement à moyen terme, suffisant à garantir un peu de stabilité aux clients : la firme suisse a en effet rappelé qu'elle a investi dans MVOX AG, une autre firme allemande, spécialisée dans le WiMax.

Les deux technologies sont en effet tout à fait complémentaires dans les zones blanches : le WiMax a plutôt pour objectif de couvrir de petites grappes d'habitation en limite de zone d'éligibilité, le satellite prend alors en charge les maisons isolées et les hameaux plus reculés. Il est même possible de coupler les deux, pour peu que l'accès au satellite soit bidirectionnel et relié à une station d'émission WiMax.

La direction de SkyDSL est également enthousiaste quant aux marchés de l'Est, et notamment de la Russie, où elle perçoit une forte demande potentielle. SkyDSL a toukours été pénalisé par sa faible base de clients, comprise actuellement entre 25000 et 28000, qui ne lui permet pas d'amortir ses coûts de structure.Ce problème pourrait malheureusement redevenir d'actualité, si ces prédictions ne se réalisent pas.