Slamming : le retour du fléau !

24 décembre 2007 à 17h57
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h54 -

Ce n'est pas le titre du blockbuster de Noël, mais une réalité pour des milliers d'internautes français, victimes d'un changement sauvage de FAI.Certains français découvrent que, sans avoir entrepris la plus petite démarche, ils se retrouvent facturés par un autre fournisseur d'accès que celui qu'ils avaient choisi. Une démarche logiquement très peu appréciée, car les connexions sont moins rapides que les factures... quand seulement elles fonctionnent ! Ce petit gag, qui ne fait rire que ceux qui ne le vivent pas, est appelé le slamming.

Passer de Free à Neuf sans explication, c'est possible... Il suffit pour cela que quelqu'un, quelque part, ait les indications suffisantes pour pouvoir effectuer les démarches "pour vous". Il est à noter que certaines personnes ont également été victimes de slamming "de la part" de Free, qui pourtant ne pratique pas de démarchage, mais uniquement de la vente directe via Internet.

Pour souscrire une nouvelle offre, il suffit d'une adresse, des coordonnées personnelles et bancaires et, bien entendu, du numéro de téléphone...Supposons qu'une personne se trompe lors de la saisie de son numéro de téléphone : il peut donc arriver, surtout si les numéros de téléphone sont globalement similaires, que l'on dégroupe son voisin...

Il existe une version plus inquiétante de l'histoire : la vente forcée... Les fournisseurs d'accès à internet font de leur mieux pour éviter ces cas de figure car celà leur coûte cher. Au téléphone, cependant, certaines personnes peu scrupuleuses peuvent amener les gens à donner leur information bancaires sous le prétexte d'un gain à une tombola ou en se faisant passer pour un FAI ou une banque, par exemple. Grâce au fichier sur lequel ils ont récupéré votre numéro de téléphone, ils ont déjà vos coordonnées personnelles. Il ne reste plus pour eux que le final : empocher la commission.

Certains call-center, et notamment offshore, ont un taux de rotation du personnel diaboliquement élevé : les personnes responsables ne sont déjà plus leurs salariés, mais ont eu le temps de rafler la mise et, du fait d'un système judiciaire un peu flou, ne seront jamais pénalisées pour leurs actions... Le call-center peut perdre son contrat de distributeur, le commercial véreux s'en moque bien et a déjà disparu.