Démission du directeur général adjoint de France Télécom

5 octobre 2009 à 15h59
- Mis à jour le 16 janvier 2019 à 18h47 -

Louis-Pierre Wenes, le numéro 2 de France Télécom, n'aura pas résisté à la crise provoquée par la vague de suicides. Stéphane Richard, un proche du Gouvernement, lui succède.Didier Lombard a dû sentir le vent du boulet. Sommé de démissionner par l'opposition (PS/PC) et par les organisations syndicales, le le PDG de France Télécom Orange a sauvé sa tête en obtenant "toute la confiance du Gouvernement" a précisé christine Lagarde, la Ministre de l'Economie.

En revanche, cela n'est visiblement pas le cas de son bras droit. Le directeur général adjoint de France Télécom, Louis-Pierre Wenes, a enfin présenté sa démission. Dans un communiqué de presse de 4 lignes, Didier Lombard "le remercie pour l'action accomplie depuis décembre 2002 et pour sa contribution majeure au redressement et à la performance du Groupe".

Louis-Pierre Wenes est remplacé immédiatement par Stéphane Richard, jusqu'ici directeur général délégué en charge de l'international du groupe. Ce proche de Christine Lagarde est l'ancien directeur de cabinet de la Ministre de l'Economie. Il a pris ses fonctions à la direction de France Télécom juste avant l'été et serait pressenti pour succéder à Didier Lombard en 2011.

Ces dernières semaines, les cas de suicide de salariés de France Télécom (24 en 18 mois) se sont multipliés. Pour les syndicats, c'est la conséquence du malaise social qui règnerait au sein de la société. En tant qu'actionnaire du groupe, le Gouvernement avait convoqué Didier Lombard, la semaine dernière, pour savoir "quel plan il met en oeuvre, à quelle vitesse il interrompt un certain nombre de mesures de stress et comment il envisage d'accompagner la situation de l'ensemble des salariés de France Télécom".